Don de plasma: Des lanceurs d'alerte portent plainte pour mise en danger de la vie des donneurs

MEDECINE Trois lanceurs d’alerte ont annoncé ce jeudi avoir porté plainte pour « mise en danger de la vie d’autrui »...

20 Minutes avec AFP

— 

Une femme vient de donner son plasma (image d'illustration).
Une femme vient de donner son plasma (image d'illustration). — GUILLAUME SOUVANT / AFP

Le don de plasma présente-t-il un risque pour la santé ? Trois lanceurs d’alerte ont annoncé ce jeudi avoir porté plainte pour « mise en danger de la vie d’autrui ». Ils dénonçant le risque d’empoisonnement que feraient courir les appareils de l’Américain Haemonetics aux donneurs.

Les lanceurs d’alerte dénoncent les dangers des appareils de Haemonetics pour l’aphérèse. Cette technique de prélèvement du plasma sanguin consiste à extraire le sang du donneur bénévole, en isoler le plasma, et lui réinjecter le reste du sang.

Le problème vient selon eux des pratiques de Haemonetics, qui a présenté comme neuves des pièces détachées usagées. Entre autres effets de l’usure, des joints sur ces appareils ont libéré dans le sang ou le plasma des micro ou nanoparticules de composants cancérogènes ou mutagènes : les résines phénol-formaldéhyde (ou phénoliques), et le trioxyde d’aluminium.

Des pièces détachées dangereuses

« On a vraiment le droit d’être inquiet. Ces appareils maximisent la libération de particules (…) de composés extrêmement toxiques », a affirmé l’un des plaignants, l’ancien directeur commercial en France de Haemonetics, Alexandre Berthelot, lors d’une conférence de presse au siège de la CGT à Montreuil (Seine-Saint-Denis).

Cet ancien dirigeant a démissionné en avril 2015, après un conflit avec ses supérieurs sur les pratiques de l’industriel. « On prend de vieilles machines, on les envoie aux États-Unis, on les désosse, on récupère des pièces détachées où on fait du cosmétique, et on les renvoie comme des neuves », a-t-il dénoncé.

Le délégué syndical central CGT de l’Établissement français du sang (EFS), Guylain Cabantous, a pour sa part dit avoir tenté en vain de convaincre d’abandonner les appareils Haemonetics. « Le directeur général de la Santé, quand il nous a reçus, disait être très inquiet pour la filière de don du plasma en France, et nous aussi on l’est. Mais on ne peut pas laisser empoisonner les gens », a-t-il rapporté.

« On nous a expliqué que c’était vrai qu’il y avait un problème avec Haemonetics, mais que c’était un si gros acteur que si la France le lâchait, ça pouvait déstabiliser le marché mondial du plasma », a-t-il ajouté.

Les analyses de l’ANSM confirment la théorie

La plainte a été déposée mercredi auprès du pôle santé publique du tribunal de grande instance de Paris, pour « mise en danger de la vie d’autrui », « tromperie aggravée », et non-mise en œuvre d’une procédure de retrait et de rappel de produits de santé. Le troisième plaignant est un responsable technique et délégué syndical de Haemonetics, Jean-Philippe Urrecho. C’est lui qui à l’origine, appelé sur des pannes à répétition, a découvert que son employeur n’envoyait plus aucune pièce détachée neuve en France.

La plainte vise l’Établissement français du sang, l’agence de sécurité sanitaire ANSM, et tout co-auteur des faits. L’ANSM avait constitué en 2017 un comité d’experts (Comité scientifique spécialisé temporaire, CSST), qui avait trouvé dans ses analyses des composants dangereux pour la santé.

« Le danger d’une production de particules par les joints tournants des dispositifs médicaux d’aphérèse MCS + et PCS2, distribués par la société Haemonetics, est établi », écrivait-il. « L’exposition des donneurs et des personnes recevant des produits sanguins obtenus par aphérèse en utilisant ces deux types de dispositifs est […] probable ». Mais l’agence de sécurité sanitaire, ignorant cet avis, a refusé de recommander l’arrêt de l’utilisation de ces appareils. « Du jamais vu », selon les plaignants.