Etats-Unis: Le cancer du poumon touche de plus en plus de femmes, mais pas à cause du tabac

TABAGISME Dans certaines catégories de la population, les femmes sont plus touchées par des cancers du poumon que les hommes, alors que le nombre de fumeuses n’augmente pas…

20 Minutes avec agences
— 
Illustration d'une femme en train de fumer.
Illustration d'une femme en train de fumer. — Geoff Robins AFP

C’est désormais un fait : le cancer du poumon touche plus de femmes que d’hommes aux États-Unis. Mais les scientifiques restent perplexes : le phénomène ne s’expliquerait pas par le nombre de fumeuses…

Une étude publiée ce mercredi dans le New England Journal of Medicine s’est penchée sur le lien entre cancers du poumon et tabac. Les chercheurs espéraient trouver un lien entre le taux de fumeuses et la multiplication des cancers.

Toujours moins de fumeuses que de fumeurs

Ils ont analysé les diagnostics de cancer depuis 1995 sur toute la population ainsi que les données sur le nombre de fumeurs depuis 1970. Mais cela n’a rien prouvé. « De futures études sont nécessaires pour identifier les raisons de la plus forte incidence de cancer du poumon chez les jeunes femmes », conclut l’article.

Les vingt dernières années, le nombre de cancers du poumon chez les 30-54 ans a baissé, mais cette diminution a été plus forte chez les hommes. Chez les femmes blanches nées dans les années 1960 et les femmes hispaniques, le nombre de cancers a même dépassé celui des hommes. Pourtant, la proportion de fumeuses est restée inférieure.

Intensifier la prévention chez les jeunes femmes

Le tabagisme passif n’est pas non plus supérieur chez les femmes que chez les hommes. Les fumeuses ne fument pas plus de cigarettes au quotidien que les hommes, c’est même l’inverse. Elles consomment aussi beaucoup moins de cigares ou de tabac à chiquer.

Les chercheurs ont émis plusieurs hypothèses. La diminution de l’exposition à l’amiante – autre cause de cancer du poumon – peut avoir davantage bénéficié aux hommes. Une autre possibilité réside dans les sous-catégories de cancer, certaines touchant plus les femmes. L’étude rejette l’hypothèse – jamais vérifié scientifiquement – selon laquelle les femmes seraient généralement plus sujettes aux cancers du poumon.

>> A lire aussi : Cancer: Un grain de beauté artificiel pour détecter plus tôt les tumeurs

Pour les auteurs de l’étude, ces résultats ont tout de même un apport. Ils confirment que les campagnes de prévention doivent s’intensifier en direction des jeunes femmes. L’étude appelle de plus à des travaux supplémentaires plus poussés pour éclaircir cette différence entre femmes et hommes.

>> A lire aussi : Cancer du poumon: Un nouveau traitement prometteur associe immunothérapie et chimiothérapie