Tours: En moins d'un mois, deux personnes âgées décèdent dans la salle d'attente des urgences

HÔPITAL Le décès de ces deux patientes en fin de vie dans la salle d’attente bondée a choqué le personnel soignant qui dénonce une dégradation de l’accueil des malades…

20 Minutes avec agence

— 

Les urgences d'un hôpital (Illustration)
Les urgences d'un hôpital (Illustration) — A. GELEBART / 20 MINUTES

En trois semaines, deux personnes âgées en fin de vie et assez grièvement malades sont décédées dans la salle d’attente des urgences du CHRU Trousseau de Tours (Indre-et-Loire).

Les patientes de presque 90 ans sont respectivement mortes dans la nuit du 11 au 12 avril et le 3 mai, indique France Bleu Touraine. La première est restée sur un brancard six heures tandis que la deuxième a attendu quatre heures.

« C’était l’engorgement aux urgences »

La personne décédée en avril « a été écoutée juste après l’admission au bout d’un quart d’heure, mais qu’il y avait des cas plus graves à gérer. (…) Ce soir-là, c’était l’engorgement aux Urgences », raconte Pierre-François Dequin, responsable médical du service. Pour le professeur, il s’agit d’un « phénomène exceptionnel » même si « les urgences sont confrontées régulièrement à la mort ».

A cause d’un manque de place, la salle d’attente était occupée par 12 à 15 brancards au moment du premier des deux décès alors qu’elle ne peut normalement en accueillir que six. « La salle d’attente a été créée pour éviter aux patients de rester dans les couloirs, dans le bruit et les courants d’air, mais que ça ne suffit pas. (…) L’engorgement est réel, mais c’est aussi un problème sociétal très complexe », analyse Pierre-François Dequin.

Préavis de grève déposé

Le personnel a été « choqué de ne pas pouvoir les accompagner dans leur décès », explique une soignante des Urgences. « On ne peut pas enlever l’affect vis-à-vis de tout ça. C’est encore plus choquant pour nous, car on a alerté à maintes et maintes reprises la direction sur le fait que cette salle d’attente n’était pas la solution. On a dénoncé les conditions d’accueil des patients qui se dégradaient », témoigne une soignante.

Face à la situation du service, un préavis de grève aux Urgences de Tours a été déposé pour le 24 mai par trois syndicats. Les responsables du CHRU évoquent la prochaine création de 20 lits d’aval et une démarche d’amélioration de l’organisation du service.

>> A lire aussi : Violences aux urgences: «S'il y a des agressions, c’est parce que les patients attendent des heures»

>> A lire aussi : CHU de Tours: Un patient demande un million d'euros pour des complications après une opération

>> A lire aussi : Rennes: Une femme de 60 ans décède sur un brancard aux urgences