Hôpitaux: Martin Hirsch, patron de l'AP-HP, veut plus de vidéosurveillance «pour lutter contre les violences et l'incivilité»

SECURITE Le patron des hôpitaux de Paris souhaite installer « 40 % de caméras supplémentaires, soit plus de 1.500 au total, dans la plupart des hôpitaux parisiens d’ici trois ans »…

H. B.

— 

Illustration d'un hôpital.
Illustration d'un hôpital. — Pixabay

Le patron de l’AP-HP souhaite « passer à la vitesse supérieure ». Martin Hirsch, patron des hôpitaux de Paris, a présenté ce mardi dans le Parisien son plan de lutte contre la violence aux urgences, basé notamment sur le développement de la vidéosurveillance.

Martin Hirsch souhaite installer « 40 % de caméras supplémentaires, soit plus de 1.500 au total, dans la plupart des hôpitaux parisiens d’ici trois ans. Un investissement de 30 millions d’euros, l’équivalent d’un petit bâtiment ».

Une « haute technologie » de « vidéosurveillance intelligente »

« L’hôpital est par définition un lieu en tension et de tensions », reconnaît l’ancien Haut-commissaire aux solidarités actives contre la pauvreté, mais « on ne peut tolérer que la violence s’y invite ». « Depuis quelques années, il est à la mode de se focaliser sur la religion dans les hôpitaux, alors que l’incivilité y est un problème beaucoup plus important », note-t-il également.

Martin Hirsch entend tester, « avant l’été », une « haute technologie » de « vidéosurveillance intelligente », capable de « détecter des bagarres, des colis suspects, mais aussi de repérer des chutes au sol ou d’agir lors d’une disparition de patient, Alzheimer par exemple. » La technique, « utilisée notamment dans les aéroports », sera testée « pour la première fois dans le domaine de la santé », assure Martin Hirsch.

Les images récoltées seront visionnées « dans des postes de sécurité propres aux particularités de chaque établissement », a ajouté le patron de l’AP-HP.