Hépatite B: La vaccination chez les homosexuels est insuffisante, selon une étude

ETUDE Les chercheurs estiment que la couverture vaccinale doit être augmentée pour les « hommes homosexuels non immunisés vis-à-vis du VHB, notamment ceux infectés par le VIH et/ou ayant des partenaires multiples »…

20 Minutes avec agences

— 

La vaccination contre l'hépatite B serait insuffisante chez les hommes homosexuels (illustration).
La vaccination contre l'hépatite B serait insuffisante chez les hommes homosexuels (illustration). — SAURA PASCAL/SIPA

La vaccination contre l’hépatite B est insuffisante chez les hommes fréquentant les lieux de rencontre homosexuels, ont estimé ce mardi des épidémiologistes de Santé publique France.

Ces scientifiques se sont particulièrement intéressés à ce groupe car il est parmi les plus actifs sexuellement, et que les rapports sexuels sont le mode de transmission le plus fréquent du virus (VHB). Celui-ci tue 600.000 personnes chaque année dans le monde.

« La prévalence du VHB apparaît faible »

Pour leur étude menée en 2015, les chercheurs ont analysé le sang de 2.645 hommes homosexuels, clients de 60 « établissements de convivialité gay » (« bars, saunas et backrooms ») de Paris, Lyon, Lille, Nice et Montpellier.

Un résultat encourageant en est ressorti : « la prévalence du VHB apparaît faible » chez ces hommes, à 0,6 %, écrivent les auteurs dans un Bulletin épidémiologique hebdomadaire. Ce chiffre est à mettre en perspective avec un autre article qui donne une prévalence plus forte dans l’ensemble de la population française, à 0,8 %. Mais Santé publique France ne rapproche pas les deux chiffres, les deux échantillons étant constitués avec des méthodes différentes.

Une couverture vaccinale inégale

« Ces résultats incitent cependant à augmenter la couverture vaccinale contre l’hépatite B des HSH [hommes homosexuels] non immunisés vis-à-vis du VHB, notamment ceux infectés par le VIH et/ou ayant des partenaires multiples, et à poursuivre les messages et actions préventifs auprès de cette population », ont nuancé les auteurs.

Cette couverture vaccinale est en effet inégale, en fonction du niveau socio-économique, et surtout « insuffisante » notamment chez les « personnes ayant des relations sexuelles avec des partenaires multiples ». Ainsi chez les participants à l’étude, la couverture vaccinale était « estimée à 63,0 % » (ou 73,9 % en excluant ceux qui ne savaient pas s’ils étaient vaccinés). Mais elle plafonne à 66,1 % chez les homosexuels à « partenaires multiples », et à 67,7 % chez les séropositifs, qui risquent plus de complications de l’hépatite B.

>> A lire aussi : Le vaccin contre l’hépatite B a-t-il été reconnu dangereux pour la santé ?

>> A lire aussi : Hépatite B: Près de 300 millions de personnes sont touchées dans le monde