Mauvaises graisses: L’OMS veut interdire les acides gras trans industriels

ALIMENTATION Les acides gras trans industriels se retrouvent dans certaines margarines, des viennoiseries industrielles, des gâteaux et biscuits, ou encore des soupes déshydratées…

20 Minutes avec agences

— 

Les acides gras trans artificiels présents entre autres dans des pates à tartiner, des biscuits et des pizzas surgelées.
Les acides gras trans artificiels présents entre autres dans des pates à tartiner, des biscuits et des pizzas surgelées. — RICHARD B. LEVINE/NEWSCOM/SIPA

Ils sont responsables chaque année de plus de 500.000 décès liés à des maladies cardiovasculaires. Les acides gras trans industriels, dont la consommation en excès est globalement mauvaise pour la santé, sont dans le viseur de l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Celle-ci a dévoilé lundi une campagne visant à les éliminer, alors qu’ils sont encore très répandus dans les aliments industriels.

Dans les viennoiseries industrielles

Les acides gras trans industriels, largement utilisés depuis les années 1950 pour leurs vertus conservatrices et stabilisatrices, se retrouvent le plus souvent dans les aliments transformés contenant des huiles végétales partiellement hydrogénées. C’est le cas pour certaines margarines, les viennoiseries industrielles, les gâteaux et biscuits, les en-cas salés et les soupes déshydratées.

« L’essentiel, c’est que cela soit le début de la fin pour les acides gras trans produits industriellement », a déclaré en conférence de presse Tom Frieden, qui dirige le groupe d’action « Resolve to save lives », associé à l’OMS pour cette campagne. Si les pays riches ont fait des progrès en matière d’interdiction des acides gras trans industriels, « nous devons étendre ces efforts à l’échelle mondiale », a souligné pour sa part le directeur de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus.

Réduire les décès liés aux maladies non transmissibles

Celui-ci a ainsi déclaré que la réduction de leur utilisation serait au cœur des efforts pour réduire d’un tiers les décès dus aux maladies non transmissibles à horizon 2030, un des objectifs de développement durable des Nations unies.

Certains pays ou villes ont déjà entamé des efforts. Tom Frieden a ainsi expliqué que New York, en interdisant l’utilisation des acides gras trans dans les restaurants il y a 10 ans, a prouvé qu’ils peuvent être éliminés sans que la saveur des aliments soit altérée ou que leur prix soit modifié.

>> A lire aussi : VIDEO. Sucres, sels, graisses... «60 millions de consommateurs» tape sur les «aliments qui empoisonnent»

>> A lire aussi : Une étude française établit un lien entre la consommation de plats industriels et risque de cancer

>> A lire aussi : La nourriture proposée par les fast-foods modifierait nos gènes et notre système immunitaire