Médecins: De plus en plus de spécialistes, mais le nombre de généralistes « stagne »

ETUDE La France compte toutefois 10.000 médecins de plus qu’en 2012, soit une augmentation de 4,5 %…

20 Minutes avec agences
— 
Illustration d'un médecin.
Illustration d'un médecin. — POUZET/SIPA

Le nombre de médecins généralistes « stagne » et diminue même chez les libéraux. C’est ce qui ressort d’une étude publiée ce jeudi 3 mai par la Drees (Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques).

Malgré tout, la France compte environ 226.000 médecins en activité en 2018, soit 10.000 de plus qu’en 2012 (+4,5 %).


Une tendance qui devrait se confirmer

« Cette hausse est essentiellement portée par les médecins spécialistes » (+7,8 %) et les salariés (+11,1 %) alors que les effectifs de généralistes ont très peu évolué (+0,7 %). Le nombre de généralistes exerçant en libéral a même diminué de 2 %, alors que les spécialistes salariés sont de plus en plus nombreux (+13,9 %).

Et cette tendance devrait se poursuivre. Selon un outil de projections de données mis en ligne par la Drees, le nombre de médecins devrait continuer de croître. Mais la densité de généralistes aura tendance à diminuer jusqu’à au moins 2025 alors qu’ils représentent aujourd’hui 45 % des médecins.

La profession se féminise

Par ailleurs, près d’un praticien sur deux a 55 ans ou plus, alors que c’est le cas de seulement 18 % des cadres en France. Il s’agit là d’une conséquence des « numerus clausus [fixant le quota d’étudiants admis en 2e année de médecine] élevés des années 1970 », note la Drees.

Enfin, la profession se féminise : 59 % des jeunes inscrits à l’Ordre des médecins en 2017 étaient des femmes, alors qu’elles ne représentent que 46 % des effectifs globaux.