PMA: Une clinique espagnole promet la réussite «sous 24 mois ou remboursé»

GROSSESSE Un établissement espagnol propose une offre de type « satisfait ou remboursé » en matière de procréation médicalement assistée…

20 Minutes avec agence

— 

GPA, PMA, don d'ovocytes: D'un pays à l'autre, la législation diffère.
GPA, PMA, don d'ovocytes: D'un pays à l'autre, la législation diffère. — DURAND FLORENCE/SIPA

En Espagne, un groupement d’établissements de santé a lancé une campagne de promotion d’un nouveau genre concernant son programme IVI Baby de procréation médicament assistée (PMA), rapporte Le Parisien.

L’Institut Valencien de l’Infertilité (IVI) promet désormais de rembourser les femmes et les couples qui n’arriveront pas à avoir un bébé après 24 mois d’essai dans le cadre de ce programme.

Une offre intéressante

La société espagnole fait partie d’un groupe international qui possède dans 13 pays différents quelque 70 cliniques, toutes spécialisées dans la médecine reproductive. Plus de 160.000 enfants sont venus au monde grâce à ses méthodes. « Avec IVI Baby, vous aurez votre bébé à la maison dans un délai maximum de 24 mois », affirme l’Institut sur son site Internet.

La proposition pourrait bien séduire chez nous : en France, les couples d’homosexuelles, les célibataires et les femmes âgées de plus de 43 ans sont légalement interdites d’entreprendre une telle démarche. Pour les personnes autorisées à entreprendre une PMA, seules quatre tentatives sont prises en charge par l’Assurance maladie.

Une législation restrictive en France

Cela explique la tentation, pour de nombreux couples et individus, d’un départ vers l’Espagne, la Belgique, la Grèce ou la République tchèque, où la législation est moins contraignante. Les chiffres sont parlants : entre 2012 et 2016, plus de 4.600 Françaises se sont rendues chez IVI à l’étranger dans l’espoir d’entamer une grossesse.

En France, les réunions publiques des États Généraux de la Bioéthique s’interrogent toujours sur la pertinence d’ouvrir la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules. Au risque de choquer une partie de l’Europe, l’Espagne, semble-t-il, ne s’embarrasse déjà plus de ces questions.

>> A lire aussi : Dons de gamètes: Les centres de conservation militent pour le droit d'en savoir plus sur les donneurs

>> A lire aussi : Chine: Un bébé naît d’une mère porteuse quatre ans après le décès de ses parents