L'entreprise de fabrication de lait infantile Premibio rappelle 2.000 boîtes

POUDRE DE LAIT L'entreprise rappelle ces 2.000 boîtes en raison d’un risque de contamination par des entérobactéries de type Enterobacter Sakazakii...

20 Minutes avec AFP

— 

Un bébé boit au biberon (image d'illustration).
Un bébé boit au biberon (image d'illustration). — Fred DUFOUR / AFP

Les autorités sanitaires appellent à la vigilance. L’entreprise de fabrication de laits infantiles Premibio a décidé de rappeler 2.000 boîtes de lait infantile Prémilait 1er âge, qui ont été commercialisées à partir d’octobre 2017, en raison d’un risque de contamination par une bactérie.

« En raison d’un risque de contamination par des entérobactéries de type Enterobacter Sakazakii, Premibio a décidé, en accord avec la Préfecture de la Vendée, de procéder au retrait et rappel de boîtes de poudre de lait infantile Prémilait 1er âge appartenant au lot n°257 (numéro indiqué sous la boîte) et portant la date limite d’utilisation optimale (DLUO) 14-09-2020 », peut-on lire sur le site de la DGCCRF.

Les autorités sanitaires recommandent aux parents qui disposeraient encore de boîtes de lait infantile correspondant à ce numéro de lot de ne plus les utiliser, qu’elles soient neuves ou déjà entamées.

« Aucun cas d’infection à Enterobacter Sakazakii n’a été rapporté aux autorités sanitaires à ce jour », souligne la DGCCRF. Toutefois, l’apparition d’une fièvre persistante chez l’enfant dans les 15 jours suivant la consommation de ce produit doit conduire les parents à consulter un médecin dans les meilleurs délais.

A la suite de l’affaire Lactalis

Cette décision de rappel fait suite à un contrôle de la Direction départementale de la protection des populations (DDPP) de la Vendée. Elle s’inscrit dans le plan de contrôles spécifique des établissements fabriquant des poudres de produits laitiers destinées aux nourrissons ou enfants en bas âge, mise en œuvre en janvier 2018 à la suite de la découverte de salmonelle dans des produits de l'entreprise Lactalis.

Une partie du lot contaminé a été retirée de la vente. Pas suffisant pour la DDPP, qui « a considéré que les éléments présentés par l’entreprise n’étaient pas suffisants pour exclure la contamination du reste du lot. Informée de cette position de l’administration, l’entreprise a décidé mercredi d’ordonner le retrait et le rappel de l’ensemble du lot et a informé ses clients », selon la DGCCRF.

A la demande de la DDPP, l’entreprise doit revoir sa procédure de gestion des non-conformités, ajoute le texte.

>> A lire aussi : Lactalis. «Aujourd’hui, il n’y a aucune centralisation des informations» en cas de rappel de produits