VIDEO. Creuse: La justice reconnaît la maladie de Lyme comme maladie professionnelle

TRIBUNAL Cette décision, qui constitue une première en France, pourrait faire jurisprudence…

20 Minutes avec agence

— 

La maladie de lyme est transmise par les tiques. (illustration)
La maladie de lyme est transmise par les tiques. (illustration) — AP/SIPA

Après des mois de procédure, le tribunal des affaires sociales de Guéret (Creuse) a reconnu mercredi le caractère professionnel de la maladie de Lyme dont souffre Eric Oden, technicien de forêt à la fédération de chasse.

Cet homme est atteint depuis quatre ans de la maladie de Lyme, transmise par les tiques. « Les symptômes sont multiples : douleurs articulaires, tremblements et troubles neurologiques - perte de mémoire, état dépressif », précise France 3 Nouvelle-Aquitaine.

La mutualité sociale agricole (MSA), qui lui avait refusé sa demande d’indemnisation, a été condamnée à lui verser 1.200 euros. Eric Oden espère désormais pouvoir être indemnisé par la MSA si la maladie l’obligeait un jour à s’arrêter de travailler.

La décision pourrait faire jurisprudence

Pour Eric Olden, l’objectif est de « montrer que la maladie chronique existe. Il faut qu’on évolue sur la prise en charge en France. Ça devient catastrophique », déclare-t-il, en précisant qu’il est régulièrement contacté par « des dizaines et des dizaines de personnes (…), complètement démunies. Par exemple, des parents dont les enfants ont 15 ans et ne peuvent plus se déplacer. Il faut changer les choses », confie-t-il à La Montagne.

Cette décision de justice constitue une première en France. Jean-François Ruinaud, président de la fédération de chasse creusoise, espère qu’elle fera jurisprudence « pour tous les techniciens de fédération qui travaillent dans les bois et qui sont au contact de l’analyse des animaux et donc des tiques ».

>> A lire aussi : Strasbourg: L’Alsace deux fois plus touchée par la maladie de Lyme que le reste de la France

>> A lire aussi : Maladie de Lyme: Près de 60 patients portent plainte et dénoncent des collusions avec les labos