VIDEO. Sodas «light», box minceur: Pourquoi ils ne font pas maigrir et ne sont pas bons pour la santé

NUTRITION De nombreux consommateurs font confiance aux produits allégés pour contrôler leur poids ou maigrir, pour une efficacité pas toujours au rendez-vous…

Anissa Boumediene

— 

Les produits light, ou plats préparés de régime, sont souvent d'une efficacité peu fiable à terme, et peuvent même avoir un impact négatif sur la santé
Les produits light, ou plats préparés de régime, sont souvent d'une efficacité peu fiable à terme, et peuvent même avoir un impact négatif sur la santé — SIPA
  • Sodas «light», yaourts allégés ou encore box minceur sont autant de produits qui promettent de perdre du poids ou de contrôler sa ligne.
  • Mais les édulcorants contenus dans ces produits allégés favoriseraient en réalité la prise de poids et seraient néfastes pour la santé.
  • Les box minceur, elles, n’offriraient pas des qualités nutritionnelles satisfaisantes.

L’été arrive à grands pas. Et avec lui revient l’envie de retrouver un corps léger prêt à enfiler le maillot de bain. Alors, après une petite cure hivernale de raclettes, plats en sauce et autres douceurs qui tiennent au corps, nombreux sont ceux qui décident, comme chaque année à la même période, de lancer les grandes manœuvres, histoire de se délester de quelques kilos jugés superflus.

Pour y parvenir, à chacun et chacune sa méthode. Les plus vaillants passeront au tout vapeur et feront une croix sur le fromage et le dessert pour alléger la facture calorique de leur assiette. Certains miseront sur les produits light et d’autres se laisseront tenter par les box minceur, ces formules tout compris où l’on reçoit tous les repas et collations pour la durée souscrite. Mais ces produits light ou de régime sont-ils sans danger pour la santé ? Sont-ils efficaces pour perdre durablement du poids et offrent-ils des qualités nutritionnelles satisfaisantes ? A la lecture de l’ouvrage Le light, c'est du lourd* (éd. Max Milo), à paraître ce jeudi, rien n’est moins sûr.

« L’aspartame fait grossir »

Consommé en excès, le sucre, c’est le nouvel ennemi de la santé et de la ligne. Il est alors transformé en graisse durablement stockée dans l’organisme et est un pourvoyeur de maladies métaboliques, diabète en tête. Pour tenter d’en réduire leur quantité ingérée au quotidien, beaucoup de consommateurs se tournent alors vers les produits light, dont le goût sucré provient d’édulcorants. Ça a le goût du sucre (ou presque), ça a la couleur du sucre, c’est utilisé pour remplacer le sucre, mais ce n’est pas du sucre. Parmi eux : l’aspartame, star des édulcorants de synthèse. Pourtant, « au départ, l’aspartame était une molécule étudiée pour la composition d’un médicament anti-ulcère, rappelle la journaliste Henriette Chardak, auteure de l’ouvrage Le light, c’est du lourd. C’est par hasard que son pouvoir sucrant, environ 200 fois plus élevé que le sucre, a été découvert dans les années 1960 ». Très peu cher à produire, il est, un demi-siècle plus tard, l’ingrédient phare de nombre de produits light, sodas et yaourts en tête.

Mais le light n’a de léger que le nom. « On dit de cet édulcorant qu’il permet de maigrir, mais ce que le grand public sait moins, c’est que des médicaments contenant des dérivés d’aspartame sont utilisés par des éleveurs pour faire grossir plus vite le bétail, souligne Henriette Chardak. L’aspartame ne fait pas perdre du poids, il fait grossir ! Il leurre le cerveau en lui envoyant un message sucré, ce qui déclenche la production d’insuline. Mais faute de trouver du sucre, l’organisme en réclame et on mange plus, et on prend du poids », explique la journaliste au terme d’une enquête de plus de six ans sur l’impact sanitaire de l’aspartame et des autres édulcorants. Par exemple, « si on mange un yaourt light, beaucoup vont se dire qu’ils peuvent en manger un deuxième, souligne le Dr Frédéric Saldmann, cardiologue, nutritionniste et auteur de Votre santé sans risque (éd. Albin Michel). D’autant que le goût sucré du produit va stimuler l’appétit, et favoriser ainsi la prise de poids ».

L’aspartame « promoteur de maladies »

Mais l’aspartame ne se contenterait pas seulement de faire grossir ceux qui en consomment. « C’est un promoteur de maladies cardiovasculaires et métaboliques, poursuit la journaliste. La consommation de produits édulcorés favoriserait l'obésité ». Mais pas seulement. Si à une température inférieure à 32 degrés Celsius, « l’aspartame est stable, chauffé, il se transforme en formaldéhyde, toxique pour le corps, alerte Henriette Chardak. C’est pourquoi sa consommation est particulièrement déconseillée pour les femmes enceintes et leur bébé à naître, pour les personnes diabétiques et épileptiques ».

Pire encore, « l’aspartame serait aussi un promoteur de maladies neurologiques majeures, comme l’autisme ou encore des cas précoces des maladies d’Alzheimer et de Parkinson », détaille la lanceuse d’alerte, pour qui « l’aspartame est un lent poison ».

Une note salée pour les box minceur

Outre les produits light, il existe tout un éventail de produits spécifiquement « régime », qui promettent une perte de poids rapide et facile. Dans son édition du mois de mai, le magazine 60 millions de consommateurs consacre un dossier spécial «  Régime, attention piège », qui passe au crible les box minceur leaders du marché. Des box contenant des repas préparés et qui promettent un envol des kilos superflus sans effort. Pourtant, en regardant d’un peu plus près les qualités nutritionnelles de ces plats « minceur » tout faits, leur composition apparaît souvent pauvre en produits frais, riche en sel et blindée d’additifs chimiques. Si la perte de poids est souvent au rendez-vous, « elle s’accompagne dans 95 % des cas d’une reprise des kilos perdus dès la fin du régime », prévient le Dr Frédéric Saldmann. La seule chose que l’on perde vraiment, « c’est son argent, plaisante le médecin. Mais les kilos perdus, eux, reviennent ».

Pourquoi ? Parce « ces menus affament ceux qui les consomment : les plats ont souvent un index glycémique (IG) élevé, ce qui entraîne des pics de sécrétion d’insuline et donne des fringales, c’est intenable », décrypte le nutritionniste. Pour que ces box soient vraiment efficaces, « il faudrait qu’elles soient conçues pour avoir un IG bas, apporter une vraie satiété et afficher une teneur faible en sel ». Mais l’ingrédient secret d’une perte de poids durable, « c’est un coaching nutritionnel complet, prescrit le Dr Saldmann. Seule l’éducation nutritionnelle permet de comprendre ses habitudes alimentaires et prendre conscience de ce qu’est une alimentation à la fois gourmande et vertueuse pour la santé et le contrôle de son poids ».

Le light, c’est du lourd - Le scandale de l’aspartame et des édulcorants, éditions Max Milo, 19,90 euros, en librairie le 26 avril.