Franck, 34 ans, qui a souffert de brûlures sur 95% de son corps et a été sauvé par une greffe de peau de son jumeau Eric, lors d'une séance de kinésithérapie au centre de rééducation de Corbie, près d'Amiens, le 23 novembre 2017.
Franck, 34 ans, qui a souffert de brûlures sur 95% de son corps et a été sauvé par une greffe de peau de son jumeau Eric, lors d'une séance de kinésithérapie au centre de rééducation de Corbie, près d'Amiens, le 23 novembre 2017. — FRANCOIS LO PRESTI / AFP

PROUESSE

Greffe: Brûlé à 95%, son frère jumeau lui sauve la vie en lui offrant sa peau

Avant cette greffe, les chances de survie de Franck n’étaient que de 1%…

Un ancien opérateur chimiste, victime d’un grave accident du travail en 2016, a été sauvé grâce à un don de peau de son frère jumeau, une première mondiale. Franck et Eric Dufourmantelle racontent leur incroyable aventure dans un livre, Life (ed. Allary), en référence à une petite partie du bras droit de Franck qui n’a pas été brûlée et sur laquelle se trouvait ce mot tatoué.

En 2016, Franck Dufourmantelle s’était retrouvé brûlé à 95 %, après l’explosion d’un bidon sur son lieu de travail. « Son corps a pris feu et sa peau s’est consumée rapidement, à l’exception de son pubis et d’une partie de son crâne, rapporte Pourquoi Docteur. Ses organes vitaux menacés, son état était très critique ». Les médecins estimaient ses chances de survie à 1 %.

Une greffe « quasi-totale » jamais réalisée auparavant

C’est alors qu’Eric, frère jumeau monozygote de Franck, avait proposé de faire don de sa peau à son frère pour une greffe « quasi-totale ». L’intervention était complètement inédite. Deux équipes de l’hôpital Saint-Louis de Paris, l’équipe de chirurgie plastique et reconstructrice du professeur Maurice Mimoun et l’équipe d’anesthésie-réanimation du professeur Alexandre Mebazaan, ont relevé le défi.

L’opération a été particulièrement douloureuse : les médecins ont prélevé des couches de peau à Eric, tandis que Franck était plongé dans un coma artificiel. « Cela a été dix jours de douleur », se souvient Eric.

« Mon frère, c’est mon usine à peau »

Plusieurs interventions ont été nécessaires pour greffer à Franck la totalité de la peau prélevée sur son frère jumeau, mais la greffe a finalement été un succès. « Mon frère, c’est mon usine à peau », plaisante aujourd’hui Franck, qui a pu retrouver une vie « quasi-normale », et même conduire à l’aide d’une voiture adaptée. « J’ai enfin retrouvé ma liberté », a-t-il déclaré au micro d'Europe 1.

>> A lire aussi : VIDEO. Greffe: Un patient opéré pour la deuxième fois du visage après un premier rejet

>> A lire aussi : Rennes: Greffé il y a 44 ans, Joseph est un survivant bien vivant