Levothyrox: L'actrice Mylène Demongeot porte plainte contre la nouvelle formule du médicament

JUSTICE Le changement de formule du Levothyrox et ses effets secondaires ont poussé un demi-million de malades de la thyroïde à abandonner ce médicament...

20 Minutes avec AFP

— 

Mylène Demongeot à Paris le 1er mars 2018.
Mylène Demongeot à Paris le 1er mars 2018. — Jacques BENAROCH/SIPA

Une nouvelle voix s’élève contre la nouvelle formule du Levothyrox. L’actrice Mylène Demongeot, 82 ans, se dit victime des conséquences de la prise de ce médicament depuis l’automne et a décidé de porter plainte « pour savoir ».

Des vertiges, des palpitations, des maux de tête et des ongles qui s’effritent. A l’automne 2017, Mylène Demongeot, actrice française qui a joué dans Fantomas et Camping, commence à ressentir ces symptômes, qu’elle prend au départ comme une manifestation de l’âge, explique-t-elle au Parisien. Ses analyses montrent que son mal-être vient du médicament qu’elle prend.

« Ma TSH [l’hormone qui stimule la thyroïde] a toujours été équilibrée : ici à 3,97, une valeur normale. Et sous nouvelle formule, 13,20 ! Énorme. J’ai commencé à paniquer », confie-t-elle au Parisien.

Des plaquettes venues d’Espagne

Soignée depuis 15 ans pour une maladie de la thyroïde, l’actrice a toujours pris l’ancienne formule du Levothyrox jusqu’à sa récente disparition. « C’est en me renseignant que j’ai découvert que des milliers de patients -et surtout des patientes- souffraient. J’ai alors décidé de me procurer de l’Euthyrox, l’ancienne version du Levo. »

Elle fait alors venir des plaquettes d’Espagne. « Le résultat a été très rapide : en quelques jours, j’allais mieux. Mais je trouve cela aberrant, ridicule de devoir s’approvisionner en Espagne », annonce-t-elle. Elle explique qu’elle n’a plus l’âge de manifester mais qu’elle va donner « un coup de main », en « soutenant le combat ». « Je vais donc déposer plainte contre X pour mise en danger de la vie d’autrui. Pas pour avoir de l’argent. Pour savoir », conclut-elle.

Le changement de formule du Levothyrox et ses effets secondaires ont poussé un demi-million de malades de la thyroïde à abandonner ce médicament, a révélé le ministère de la Santé sous la pression de l’association « Vivre sans thyroïde », qui dénonce un scandale « tu par les autorités ». Le chiffre est à rapporter aux quelque trois millions de personnes traitées en France pour hypothyroïdie, un dérèglement hormonal.