Cancer: Des gènes de la couleur des cheveux pourraient aider la recherche

ETUDE L’identification de 124 gènes liés à la couleur des cheveux ouvre de fabuleuses perspectives en termes de recherche médicale mais aussi en criminalistique…

20 Minutes avec agences

— 

Des gènes liés à la couleur des cheveux pourraient faire progresser la recherche sur certaines maladies (illustration)
Des gènes liés à la couleur des cheveux pourraient faire progresser la recherche sur certaines maladies (illustration) — Kelly Lafferty/AP/SIPA

Cancer de la peau, maladies auto-immunes mais aussi cancers des testicules, de la prostate et de l’ovaire, ou maladie de Crohn… Il semble que de nombreuses pathologies puissent être mises en lien avec la pigmentation.

C’est ce qu’indique une étude, la plus importante sur le sujet, parue lundi dans la revue Nature Genetics. L’identification de plus de 100 nouveaux gènes liés à la couleur des cheveux pourrait ainsi faire progresser les connaissances sur certaines maladies.

Cancers et maladies auto-immunes

Les scientifiques ont analysé les données ADN de près de 300.000 personnes d’origine européenne provenant de diverses banques de données (UK Biobank, 23andMe, International Visible Trait Genetics Consortium…).

« Le lien entre la pigmentation et la santé est très important dans l’évolution de l’espèce humaine », indique ainsi Véronique Bataille du King’s College de Londres, co-auteure de l’étude. « En savoir plus sur ces gènes peut être important non seulement pour le cancer de la peau, mais aussi pour d’autres pathologies, comme les maladies auto-immunes », ajoute la chercheuse.

Vieux dictons et implications plus cartésiennes

L’étude confirme aussi que les femmes ont plus fréquemment des cheveux plus clairs que les hommes suggérant que le sexe est vraiment associé à la couleur des cheveux. En d’autres termes, l’expression autrefois populaire les « hommes préfèrent les blondes » pourrait être fondée sur un ancien impératif de l’évolution.

Outre ces considérations plus légères, il semble aussi que la découverte de ces nouveaux gènes puisse avoir des implications dans les enquêtes de police. Cela pourrait aider les médecins légistes à identifier, à partir de traces d’ADN, des criminels grâce à la couleur de leurs cheveux.

>> A lire aussi : Calvitie : Plus de 200 groupes de gènes responsables identifiés par les chercheurs

>> A lire aussi : Calvitie et cheveux gris: Une protéine jouerait un rôle clé pour limiter ces phénomènes de l'âge