VIDEO. C'est quoi le GBL, la nouvelle drogue de synthèse proche du GHB?

DROGUE Surdosé ou mélangé avec de l’alcool, ce solvant industriel à l'usage détourné peut entraîner le coma ou la mort...

Thomas Lemoine

— 

Des jeunes en boîte de nuit.
Des jeunes en boîte de nuit. — Pixabay/Stocksnap

Le 9 mars 2018, au «Petit Bain», un club du 13e arrondissement de Paris, deux jeunes hommes ramassent une bouteille d’eau sur la piste de danse. Ils boivent sans le savoir une drogue très prisée des jeunes de 17 à 25 ans : le GBL. Tous deux tombent dans le coma. Le plus jeune, âgé de 23 ans, décède quelques jours plus tard.

Euphorie, désinhibition, sentiment de bien-être, intensification des perceptions : voilà ce qu’est censé procurer le GBL. Le « G », comme l’appellent ses consommateurs, mélangé avec de l’alcool ou surdosé, peut cependant également entraîner un coma ou la mort.

Depuis quelques années le GBL (gamma-butyrolactone) est ainsi détourné à des fins récréatives. Ce solvant industriel était à l’origine utilisé pour nettoyer notamment les jantes de voitures. Cette nouvelle drogue de synthèse séduit les plus jeunes et gagne du terrain en France, notamment à Paris où, inquiet, le milieu de la nuit a demandé le soutien des pouvoirs publics. Depuis fin 2017, le GBL y serait à l’origine de dix comas.