Toulouse: Des documents internes mettent en évidence des dysfonctionnements au sein du CHU

SANTE Le site Médiacités s’est procuré plus de 26.000 fiches incidents du CHU de Toulouse qui mettent en évidence des dysfonctionnements, parfois graves, au sein de ses services…

B.C.

— 

Illustration d'un hôpital. Ici, le CHU de Purpan. Toulouse, FRANCE-7/10/13
Illustration d'un hôpital. Ici, le CHU de Purpan. Toulouse, FRANCE-7/10/13 — Fred.Scheiber
  • De la coupure d’électricité en pleine intervention chirurgicale aux fuites d’eau, les fiches pointent des incidents plus ou moins graves au sein du CHU de Toulouse.
  • Alors que les syndicats dénoncent une baisse des moyens récurrente à l’origine parfois de ces problèmes, la direction indique que ces incidents font l’objet de retour d’expérience et permettent d’améliorer la qualité.

Une coupure d’électricité de huit minutes au bloc opératoire de cardiologie en juin 2016 avec un risque pour le patient, une chute de peinture sur un champ opératoire à Paule-de-Viguier en 2016 ou encore des manques d’effectif criants dans certains services comme ce soir du 12 mars 2016 en traumatologie qui font craindre « la mise en danger des patients ».

Autant d’incidents recensés au sein du CHU de Toulouse et qui ont fait l’objet de « fiches incidents » auxquelles Médiacités à eu accès. Au total, 26.173 formulaires émis entre septembre 2013 et mars 2017 par les employés des hôpitaux toulousains et qui laissent entrevoir des problèmes techniques en série et un manque de personnel criant.

Avec parfois des cas graves comme cette patiente de Rangueil qui en août 2016 attend durant 9 heures alors qu’elle a une suspicion d’hémorragie cérébrale.

Au fil des fiches, les situations mettent en exergue une « détresse des personnels » selon les représentants syndicaux. Depuis plusieurs mois, ces derniers dénoncent les conditions de travail au sein des différents services, avec des baisses d’effectifs des personnels alors que la pression démographique de l’agglomération toulousaine ne cesse de croître.

Selon la CGT, des incidents pourraient être évités grâce à des investissements matériels et humains.

Éléments essentiels pour améliorer la qualité

La direction du CHU assure de son côté que l’ensemble des incidents est pris en charge et fait l’objet d’un traitement. Ces éléments indésirables sont même « un élément essentiel pour améliorer la qualité et la sécurité des soins. Tous les professionnels sont encouragés à signaler les événements, même mineurs ».

Chaque événement fait l’objet d’un retour d’expérience, assure le CHU de Toulouse pour améliorer la qualité de soins et les conditions de travail. Et leur nombre déclaré chaque année, soit 6.980 fiches en 2017, se trouve dans la norme des signalements des CHU français, soit un ratio de 0,6 % de signalements par activité.