Périnée tonique, orgasme surpuissant: L’œuf de yoni fait-il des miracles?

FEMME Cet œuf en pierre semi-précieuse à insérer dans le vagin permettrait aux femmes de renforcer leur plancher pelvien et de retrouver une sexualité plus épanouie…

Anissa Boumediene

— 

Les œufs de yoni, en pierre semi-précieuses, permettent de renforcer le périnée et ouvriraient la voie vers une sexualité plus épanouie.
Les œufs de yoni, en pierre semi-précieuses, permettent de renforcer le périnée et ouvriraient la voie vers une sexualité plus épanouie. — Mabel Amber / Pixabay
  • Lorsqu’une femme a un périnée trop relâché, elle risque fuites urinaires voire descente d’organes.
  • Cela a aussi un impact sur sa sexualité, qui est moins épanouissante.
  • Pour y remédier, certaines optent pour l’œuf de yoni, un petit œuf en pierre semi-précieuse à insérer dans le vagin, qui favoriserait la rééducation du périnée et boosterait la libido.

Il n’est pas destiné à être chassé par les gourmands en ce week-end de Pâques. L’œuf de yoni, petit objet ovoïde en pierre semi-précieuse, a plutôt vocation à « nourrir » la féminité. En pratique, il aurait de multiples vertus. Présenté notamment comme un moyen de muscler son périnée, l’œuf de yoni, héritage de la tradition taoïste, aurait aussi des bienfaits sur la sexualité féminine et la confiance en soi de celles qui l’utilisent, leur permettant d’atteindre des orgasmes plus puissants que ce qu’elles ont pu connaître jusqu’alors. Comment s’utilise-t-il, se demandent déjà les curieux (ses) ? En l’insérant dans sa «yoni», terme sanscrit désignant le sexe féminin. Vous avez bien compris, sa place est dans un vagin. Comment fonctionne-t-il ? Tient-il toutes ses promesses ? Est-il sans risques ? 20 Minutes vous fait le topo.

Un outil de rééducation périnéale

Pour muscler leur périnée, « les femmes peuvent utiliser un œuf de yoni », conseille Lilou Macé, auteure de L'oeuf de Yoni* (éd. Leduc. s), qui y voit entre autres bienfaits un outil de rééducation périnéale. Le périnée, ou plancher pelvien, est un ensemble de muscles et de tissus, une sorte de hamac soutenant les organes qui se trouvent dans le pelvis, tels que la vessie, le rectum et, chez les femmes, l’utérus. D’où l’importance d’en avoir un qui soit suffisamment musclé pour retenir tout ça et éviter des désagréments du type incontinence urinaire, voire descente d’organes.

Et au pays du plancher pelvien, toutes les femmes ne sont pas à égalité. Notamment les jeunes mères, dont le périnée est distendu par la grossesse et l’accouchement. « L’utilisation d’un œuf de yoni peut être intéressante dans le cadre d’une rééducation périnéale (qui commence 90 jours après l’accouchement), confirme Clémentine Siméon, kinésithérapeute spécialisée en rééducation périnéale et coauteure de Périnée, Tout ce que vous avez toujours voulu savoir...** (éd. de l’Opportun). A utiliser en complément des séances en cabinet, durant les exercices à réaliser à la maison. Cela peut aider une femme à prendre conscience de cette partie-là de son corps, de mieux ressentir sa musculature périnéale, estime la kinésithérapeute. Et cela donne à ces exercices un côté ludique ».

Et un outil de plaisir

Autre vertu prêtée à l’œuf de yoni : il permettrait aussi de booster sa libido et d’atteindre des orgasmes plus intenses. D’abord parce que le périnée enserre le vagin : « un plancher pelvien renforcé offrira de meilleures sensations à la femme et son partenaire », explique Clémentine Siméon. Pas nécessairement au moment de son utilisation – même s’il procure du plaisir à certaines femmes —, mais « en reconnectant les femmes à cette partie du corps, dont elles se préoccupent peu, indique Lilou Macé. En utilisant un œuf de yoni, elles s’accordent un moment rien que pour elles, et se réapproprient leur intimité et leur plaisir. Rapidement, les utilisatrices ont plus de sensations, plus de maîtrise et se sentent plus sensuelles et plus sexuelles. Ce qui leur ouvre une porte vers une sexualité plus épanouissante », promet-elle. Que l’on soit « célibataire, jeune maman, ou en préménopause, il n’y a pas d’âge pour profiter des bienfaits de l’œuf de yoni, poursuit Lilou Macé. Il prévient la sécheresse vaginale et renforce la libido ».

Jamais à côté des dernières tendances bien-être, Gwyneth Paltrow a déjà succombé à l’œuf de yoni, dont le site dédié au bien-être, Goop, en vante déjà les mérites et sur lequel plusieurs modèles sont commercialisés à une cinquantaine d’euros.

Choisir son modèle

Avant de se lancer, il faut d’abord trouver le bon modèle. « Il existe trois tailles : petit, moyen et grand, mais le plus grand ne fait que 3,5 cm », précise Lilou Macé. Ensuite, il faut choisir la pierre de son œuf : en quartz rose, « la pierre de la tendresse et de la sérénité, qui plaît beaucoup », commente celle qui en commercialise sur son site, en cornaline ou encore en jade, chacune y va au feeling et ses croyances en litothérapie. Question pratique, les débutantes choisiront un modèle percé à la base, qui permettra d’y passer une ficelle, afin de faciliter son retrait. « Et plutôt le grand modèle, ajoute Lilou Macé, afin de mieux l’appréhender ».

Place à la phase d’insertion. Si vous utilisez des tampons, bah c’est un peu le même principe, avec l’œuf de yoni à la place.

A ceci près que cela requiert un peu plus de préparation. « L’œuf est en pierre, donc il est froid, rappelle Lilou Macé. On peut d’abord le chauffer entre ses mains, et s’automasser le bas du ventre et l’intérieur des cuisses », préconise-t-elle. Avant de l’insérer progressivement. Au besoin, un peu d’huile de massage ou de lubrifiant facilitera l’insertion. « Une séance d’une dizaine de minutes, allongée sur son lit, c’est pas mal pour commencer », note Lilou Macé.

Des précautions à prendre

Car il faut savoir raison garder. « Les utilisatrices doivent être vigilantes dans leur usage : il ne faut pas garder trop longtemps un œuf de yoni dans le vagin », insiste Clémentine Siméon. Parce que le plancher pelvien va se contracter en permanence pour retenir l’œuf. Il ne doit pas le faire sur un temps trop long, « ce n’est pas sa fonction naturelle, prévient la kinésithérapeute. Physiologiquement, il y a des risques de dyssynergie, ça dérègle la mécanique et peut causer une gêne à la selle ou des douleurs durant les rapports sexuels ». En effet, « pas question de verser dans l’haltérophilie vaginale », condamnent de concert Lilou Macé et Clémentine Siméon. « Avoir un périnée trop musclé n’est pas bon non plus, rappelle la kinésithérapeute. Il doit l’être juste assez pour permettre à la femme d’être bien dans son corps, de prévenir les problèmes recto-vaginaux et de mener une sexualité épanouie ». On oublie dons les préceptes (heureusement) peu connus de la gourou américaine de l'haltérophilie vaginale, Kim Anami, qui parvient à soulever des planches de surf à la seule force de son plancher pelvien !

Ensuite, à l’instar d’un sex-toy inséré dans son intimité, l’œuf de yoni doit être bien nettoyé avant et après chaque utilisation, « à l’eau et au savon doux, prescrit Lilou Macé. Et certaines utilisatrices aiment y ajouter quelques gouttes d’une huile essentielle de leur choix ». Mais pour Clémentine Siméon, spécialiste de la rééducation périnéale, « il faut privilégier les produits les moins agressifs possible, et éviter les huiles essentielles : cela risquerait de perturber la flore vaginale qui est fragile et de causer des allergies », à un endroit où on n’a vraiment pas envie d’en avoir.

Enfin, l’utilisation d’un œuf de yoni est déconseillée chez les femmes enceintes et durant les règles. En dehors de ces restrictions, souligne Lilou Macé, « c’est quand on veut ! »

 

L’œuf de yoni, Le féminin révélé et libéré - Tome 1, Editions Leduc. s, en librairies.

** Périnée, Tout ce que vous avez toujours voulu savoir… sans jamais oser le demander !, Editions de l’Opportun, en librairies.