Dijon: Une piqûre sans aiguille mise au point par l'entreprise Crossject

INNOVATION Le laboratoire Crossject développe son système d’auto-injection, concurrent des stylos injecteurs à aiguille, dont les premiers exemplaires doivent arriver sur le marché en 2020…

20 Minutes avec agence

— 

Illustration de piqûre.
Illustration de piqûre. — M. Libert / 20 Minutes

Si vous avez une peur bleue des piqûres, cette nouvelle devrait vous réjouir. Le laboratoire français Crossject, basé à Dijon, développe actuellement Zeneo, son système d’auto-injection.

>> A lire aussi : Fruit du hasard et vendu à des milliards d'exemplaires, le Viagra fête ses 20 ans

L’injection se fait en 50 millisecondes par simple pression sur la peau, avec deux trous de 0,3 millimètre pour les injections sous-cutanées et un seul de 0,4 mm pour une intramusculaire, détaille Ouest France.

Propulsé à très grande vitesse

« On perce comme s’il y avait une aiguille… sauf qu’il n’y a pas d’aiguille », explique le PDG Patrick Alexandre. Le système propulse le médicament à travers la peau grâce à un gaz sous pression. « Lorsque vous créez un jet de très petit diamètre avec une très grande vitesse, vous pouvez percer une cible, notamment des tissus humains », poursuit Patrick Alexandre.

« Dans notre cas de figure, le médicament est contenu dans une capsule, on le pousse très fort et on le force à sortir par de tout petits orifices ». L’avantage pour les patients ? Sans aiguille, les facteurs de stress du malade sont considérablement réduits, rapporte l’association du réseau des Instituts Carnot.

Une arrivée sur le marché en 2020

Huit médicaments sont en cours d’adaptation à cette nouvelle technique : traitements pour les crises d’épilepsie, les overdoses aux opioïdes, les chocs allergiques et les crises d’asthme sévères. Pour commercialiser ses produits, Crossject doit demander une nouvelle autorisation de mise sur le marché (AMM) et prouver que l’administration du produit est équivalente à celle avec une aiguille.

>> A lire aussi : Le don de moelle osseuse, «c'est comme une prise de sang et ça peut sauver des vies»

La petite entreprise dijonnaise, qui emploie une soixantaine de personnes, a investi 80 millions d’euros au cours des 20 dernières années. Les premiers exemplaires arriveront sur le marché en 2020.