Cancer du col de l'utérus: Le dépistage sera pris en charge à 100 % par la Sécurité sociale

PRÉVENTION Toutes les femmes qui n’ont pas fait de frottis depuis 3 ans pourront en faire un gratuitement…

20 Minutes avec agences

— 

La ministre de la Santé Agnès Buzyn.
La ministre de la Santé Agnès Buzyn. — NICOLAS MESSYASZ/SIPA

Le gouvernement va proposer la prise en charge à 100 % du dépistage du cancer du col de l’utérus.

>> A lire aussi : Iatrogénie médicamenteuse: «Les Français doivent sortir de cette culture de surconsommation du médicament»

Cette mesure s’inscrit dans le cadre du volet prévention de la stratégie santé présenté ce lundi. Le cancer du col de l’utérus compte 3.000 nouveaux cas par an et provoque plus de 1.000 décès chaque année.

Un frottis pris en charge à 100 %

« Nous sommes très mauvais en prévention en France », a déclaré Agnès Buzyn, ministère de la Santé, sur France Inter et France Info. « Nous avons un système de santé qui ne finance que les soins une fois qu’on est malade et qui finance très mal les actions de prévention ».

>> A lire aussi : Cancer de la prostate: Le dépistage par dosage PSA n'est pas vraiment efficace selon une étude

Le gouvernement va donc « lancer un grand plan de prévention avec des mesures extrêmement concrètes, qui vont permettre aux Français de moins tomber malade et de préserver des vies », a-t-elle ajouté. « Toutes les femmes qui n’auront pas fait de frottis pendant 3 ans seront amenées à faire un frottis pris en charge à 100 % par la sécurité sociale ».

Mise en place d’une « stratégie nationale de santé »

La loi de financement de la Sécurité sociale, adoptée en décembre, prévoit une prise en charge à 100 % d’une consultation unique de prévention des cancers du sein et du col de l’utérus pour les assurées à l’âge de 25 ans.

>> A lire aussi : Sexualité, troubles gynécologiques: Pourquoi faut-il prendre soin de son microbiote vaginal?

Ces mesures, selon Matignon, concrétisent « le premier axe » de la stratégie nationale de santé, qui porte l’action du gouvernement en matière de santé d’ici à la fin du quinquennat. Agnès Buzyn a déjà annoncé fin février la concrétisation d’un « service sanitaire », une promesse de campagne d’Emmanuel Macron.