Nantes: Au CHU, les boîtes de médicaments distribuées par des robots

SANTE L'hôpital nantais a réalisé un investissement de 800.000 €...

Julie Urbach

— 

La pharmacie centrale du CHU de Nantes
La pharmacie centrale du CHU de Nantes — CHU de Nantes
  • A la pharmacie centrale du CHU, sur le site de Saint-Jacques, des robots ont débarqué il y a quelques mois.
  • Leur mission est de stocker, scanner, ranger, puis ,prélever les boîtes en fonction des demandes.
  • L'objectif est de sécuriser encore davantage le circuit du médicament.

C’est la plus grande des Pays de la Loire, mais elle n’est pas ouverte au public et est désormais en partie gérée par des robots. Depuis quelques mois, la pharmacie centrale du CHU de Nantes, située sur le site de Saint-Jacques, est automatisée. L’hôpital, qui s’affranchit de gros moyens en manutention, espère par la même occasion sécuriser encore davantage le circuit du médicament.

Il faut dire que selon l’ANSM, les médicaments sont « la troisième cause d’événements indésirables graves dans les établissements de santé ». Avec ces robots, qui ont coûté la somme de 800.000 euros, quelque 50.000 boîtes sont actuellement concernées (1.000 références). Mais avec le déploiement progressif aux 300 unités de soin, d’ici à quelques mois, le nombre de produits pourrait doubler.

Bras, pinces et ventouses

Concrètement, ces nouveaux robots sont d’abord chargés de stocker les emballages. Ceux-ci sont scannés, via un code au nom étrange de « datamatrix », ce qui permet l’enregistrement de leur numéro de lot et de leur date de péremption. Les boîtes sont ensuite rangées à l’aide de bras équipés de pinces, de ventouses et de caméras, dans de grandes armoires vitrées. C’est ce même système qui permettra de les prélever par la suite. Les robots ont aussi comme mission de réaliser des inventaires, et d’optimiser l’espace de rangement.

La pharmacie centrale du CHU de Nantes a accueilli des robots
La pharmacie centrale du CHU de Nantes a accueilli des robots - CHU Nantes

Le CHU assure que le système va « supprimer le risque humain de mauvaise cueillette de médicament », mais également aider à lutter contre la contrefaçon, que le robot sait détecter. A la question de savoir si ces machines remplaceront des humains, l’établissement répond que les pharmaciens et préparateurs seront au contraire davantage disponibles pour « des missions auprès des patients ».

Cet investissement sera pérenne, puisque la pharmacie centrale demeurera sur le site de Saint-Jacques, même après le déménagement du CHU sur l’île de Nantes. « L’objectif est, à terme, de parvenir à mettre en place une dispensation nominative pour chaque patient qui serait susceptible d’en relever », indique-t-on. A savoir ceux qui prennent tous les jours ou régulièrement le même médicament, sur une longue durée.

La pharmacie centrale du CHU de Nantes a accueilli des robots
La pharmacie centrale du CHU de Nantes a accueilli des robots - CHU Nantes