Hôpitaux: Un «No bed challenge» pour alerter sur le manque de lits aux urgences

URGENCES Faute de lits disponibles, de nombreux patients reçus aux urgences passent la nuit sur un brancard...

20 Minutes avec agence
— 
Les médecins urgentistes dénoncent le manque de lits dans les hôpitaux (illustration).
Les médecins urgentistes dénoncent le manque de lits dans les hôpitaux (illustration). — A. GELEBART / 20 MINUTES

Pour dénoncer le manque de lits dans les hôpitaux, les urgentistes français ont décidé de lancer un « no bed challenge ». Depuis le mois de janvier, cet étrange palmarès répertorie chaque jour le nombre de patients qui ont passé la nuit sur un brancard, faute de lit disponible, rapporte francetvinfo. Ce « concours » permet d’avoir un aperçu précis de la situation des services des urgences en France, quasiment en temps réel.

15.000 patients sans lit

Chaque matin, les médecins livrent les chiffres des patients qu’ils ont vu passer la nuit sur des brancards aux urgences. Les données sont centralisées sur le site du Samu-Urgences de France.

Ainsi, depuis le mois de janvier, on apprend que15.000 patients reçus aux urgences n’auraient pas bénéficié d’un lit permettant de les hospitaliser dans un service, rapporte francetvinfo. Dans la nuit du 14 au 15 mars, ce sont 231 patients qui ont ainsi passé la nuit… sur un brancard.

Une forme de maltraitance

« Nous ne pouvons, nous ne devons plus accepter la maltraitance des patients, la surcharge des Urgences étant, et ceci est largement prouvé, responsable d’une augmentation de la mortalité. Il est de notre responsabilité d’alerter avec force les pouvoirs publics et nos concitoyens », alerte le site Samu-Urgence de France.

Sur le site, on trouve également un classement qui identifie les « bons » et « mauvais » élèves avec un système de pastilles colorées : noires (plus de 8 patients se sont retrouvés sur des brancards), orange (quatre) et vert (aucun). Les mises à jour sont quotidiennes. On retrouve également un classement des dix « meilleurs » ainsi que des « plus mauvais » établissements.

>> A lire aussi : Maltraitance médicale: «L’éthique et l’empathie» doivent faire «partie de la formation des soignants»

Ainsi, le plus mauvais établissement de la semaine est le CHU de Rouen (Seine-Maritime). Le gagnant de la semaine, c’est-à-dire l’établissement qui a eu le moins de problème de lits, est le Centre hospitalier d’Angoulême (Charente). Sur le mois, le meilleur élève est le service des urgences adultes du groupe hospitalier Sud-Réunion, à Saint-Pierre (La Réunion).