Bourges: Les urgences saturées, l'hôpital demande à ne venir «qu'en cas de nécessité absolue»

CRISE HOSPITALIÈRE Le centre hospitalier Jacques-Cœur est confronté à une telle affluence que les patients doivent parfois attendre plusieurs heures avant d’être reçus…

20 Minutes avec agence

— 

Le centre hospitalier Jacques-Coeur de Bourges
Le centre hospitalier Jacques-Coeur de Bourges — ALAIN FOUGERAY / AFP

Le centre hospitalier Jacques-Coeur de Bourges (Cher) est saturé. Depuis une semaine, les nombreux patients qui s’y présentent ne peuvent pas tous être reçus, et attendent parfois plusieurs heures.

>> A lire aussi : Lyon: Les urgences de Saint-Joseph-Saint-Luc à leur tour en grève, le mouvement s'étend dans les hôpitaux de la ville

« Dans l’intérêt de tous, le centre hospitalier Jacques-Cœur vous demande de ne venir aux urgences qu’en cas de nécessité absolue », a déclaré l’établissement dans un communiqué vendredi 9 mars, rapporte Le Berry républicain.

« Il n’y a plus de lits »

La directrice adjointe Audrey Aulibert attribue cette saturation « à un afflux de patients pour hospitalisation. Or, il n’y a plus de lits ». Elle poursuit : « Là, tous nos lits sont ouverts et occupés. Ça représente un millier de places, hôpital de jour compris. Et c’est partout pareil ».

>> A lire aussi : Rennes : Après deux mois de grève, le mouvement suspendu à l’hôpital psychiatrique

Jean-Patrick Olmi, administrateur de garde de l’établissement de Bourges, indique que les urgences « continuent à accueillir les gens qui s’y présentent. Mais il y en a ces jours-ci de plus en plus ».

Grève à venir

Une femme présente aux urgences, interrogée par le quotidien régional, raconte : « On a peine à croire ce qu’on voit : il y a des gens partout, assis, debout, couchés, plein les couloirs. Je ne sais pas comment les médecins et les personnels parviennent à continuer à travailler ».

Selon France 3 Centre-Val de Loire, le centre a activé le plan « Hôpital en tension » : du personnel a été rappelé, des lits supplémentaires ouverts et les interventions n’ayant pas de caractère urgent ont été déprogrammées. Après plusieurs droits d’alerte, les soignants, épuisés, ont déposé un préavis de grève pour le 20 mars.