Lorient: Son mari décède à l'hôpital, elle dénonce des mauvais traitements

SANTE L'homme serait tombé de son brancard...

C.A.

— 

Illustration d'un fauteuil roulant ici dans les couloirs d'un hôpital.
Illustration d'un fauteuil roulant ici dans les couloirs d'un hôpital. — C. Allain / 20 Minutes

Les récents cas de mauvais traitements dans les hôpitaux français semblent délier les langues. Lundi, c’est la veuve d’un homme décédé fin février à l’hôpital du Scorff à Lorient (Morbihan) qui s’est émue du traitement réservé à son mari.

Interrogée par Ouest-France, cette habitante d’Inzinzac-Lochrist regrette que son mari ait passé 3h30 à attendre aux urgences. Soigné pour un quatrième cancer, l’homme de 67 ans « se tordait de douleur sur son brancard » sans pour autant recevoir de traitement pour le soulager.

Ouverture d’une enquête interne

L’épouse, accompagnée de ses deux enfants, laisse finalement l’homme entre les mains du personnel soignant. La famille reçoit dans la nuit un appel téléphonique pour lui annoncer la mort de Denis. « On m’a dit qu’il était tombé de son lit et qu’il s’était étouffé dans son vomi », témoigne son épouse. L’établissement a exprimé ses regrets et ouvert une enquête interne.

>> A lire aussi: Une étudiante meurt des suites d’une otite, sa mère porte plainte contre l’hôpital Edouard-Herriot

Les témoignages similaires se multiplient ces dernières semaines. A Reims, une septuagénaire est décédée après avoir attendu 2h30 aux urgences.