Les Français sont de plus en plus nombreux à grignoter entre les repas, surtout au moment du goûter.
Les Français sont de plus en plus nombreux à grignoter entre les repas, surtout au moment du goûter. — CLOSON/ISOPIX/SIPA

GOUTER

Alimentation: Les Français grignotent de plus en plus entre les repas, selon un sondage

Les adeptes des snacks hors-repas plébiscitent avant tout le moment du goûter pour leurs petits encas, mais l’apéro-dînatoire, en plein développement, n’est pas loin derrière…

Les Français auraient de plus en plus tendance à grignoter entre les repas. Ils seraient ainsi 38 % à manger au moins une fois en dehors des repas chaque jour ou quasi quotidiennement.

En comparaison, différentes études menées ces dernières années sur le sujet estimaient entre 20 et 30 % la part de la population adepte du grignotage tous les jours, rappelle Le Parisien.

Un encas à l’heure du goûter

35 % des personnes interrogées s’offriraient par ailleurs un petit encas dans la journée « deux à trois fois par semaine », indique un sondage du Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie (Credoc). L’étude a été menée en juillet et novembre derniers auprès de 1.182 personnes pour le compte du groupe agroalimentaire Mondelez International​.

>> A lire aussi : Comment éviter que l'omniprésence du sucre empoisonne notre santé?

Pour ces petits snacks, l’heure du goûter est plébiscitée par 43,5 % des sondés fans de grignotage, qui se tournent alors majoritairement vers des aliments sucrés. 42,2 % préfèrent le moment de l’apéritif. Les « apéros dînatoires » et leur apport salé et gras enregistrent la plus forte hausse, surtout chez les jeunes urbains.

Pas de sentiment de culpabilité

Vient ensuite l’en-cas pris dans la matinée (34,4 % des personnes concernées) et dans la soirée ou la nuit (22,5 %). Dans ce dernier cas, c’est souvent un snack sucré qui est recherché. Quels que soient le moment et les grignotages choisis, la démarche se fait sans regret ou culpabilité pour 86 % des sujets, relève l’étude.

>> A lire aussi : Manger trop tard le soir fait grossir et favorise le diabète

Quant aux raisons de cette alimentation hors repas, elles sont multiples. Les snackeurs agissent avant tout par plaisir, l’argument cité par 38 % des sondés. Les répondants évoquent également la nécessité d’assouvir sa faim (28 %) ou de faire une pause-détente (17 %).