«Vu du foie, le vin est bien de l'alcool», des médecins répondent à Emmanuel Macron dans une tribune

APERO Des scientifiques de renom ont tenu à rappeler que le vin est bien de l’alcool, et donc tout aussi dangereux pour la santé…

20 Minutes avec agences

— 

Le président de la République Emmanuel Macron en train de boire du vin, à l'occasion de l'inauguration du 55e Salon de l'agriculture, en février 2018.
Le président de la République Emmanuel Macron en train de boire du vin, à l'occasion de l'inauguration du 55e Salon de l'agriculture, en février 2018. — Romain GAILLARD-POOL/SIPA

« On a laissé penser à la population française que le vin serait protecteur, qu’il apporterait des bienfaits que n’apporteraient pas les autres alcools », déclarait début février la ministre de la Santé Agnès Buzyn sur France 2. « C’est faux, scientifiquement, le vin est un alcool comme un autre », avait-elle expliqué.

Dans une tribune publiée ce lundi par Le Figaro, une dizaine de spécialistes entendent démontrer scientifiquement que la ministre avait raison.

Soutien à la ministre

Parmi les signataires, on trouve le président du Fonds Action addiction, le président et le vice-président de l’Association nationale de prévention en alcoologie et addictologie (ANPAA), et de nombreux médecins (pneumologues, nutritionnistes, psychiatres, addictologues) de renom.

>> A lire aussi : Un service sanitaire pour favoriser la prévention avec 47.000 étudiants en santé dès la rentrée 2018

Outre leur soutien à la ministre, ils entendent dénoncer les récentes déclarations d’Emmanuel Macron qui confiait, il y a quelques jours, « boire du vin le midi et le soir ». Le chef de l’Etat avait ajouté : « Il y a un fléau de santé publique quand la jeunesse se soûle à vitesse accélérée avec des alcools forts ou de la bière, mais ce n’est pas avec le vin ».

L’alcool tue 50.000 Français par an

Des déclarations qui avaient fait bondir les chercheurs, qui rappellent que « ce qui compte en termes de toxicité, c’est la quantité d’alcool bue », quel que soit le breuvage. Ils insistent sur le fait que « l’alcool tue près de 50.000 personnes par an » en France et que « le vin représente près de 60 % de la consommation d’alcool ».

>> A lire aussi : «Dès que je rentre du travail, je me fais des petits verres de vin blanc devant la télé»

Et les auteurs de la tribune de conclure en demandant la mise en place d’« un Plan national alcool », en rappelant que « 60 % de la population trouvent la réglementation insuffisante ». Ils espèrent attirer l’attention du président qui s’était engagé à « ne pas durcir la loi Evin », sur la restriction de la publicité pour les boissons alcoolisées.