Grippe: Une épidémie plus longue mais moins mortelle grâce à un vaccin plus efficace

MALADIE Cet hiver, le virus de la grippe a été moins dangereux que précédemment et a dû faire face à une meilleure « efficacité vaccinale »…

20 Minutes avec agence

— 

Vaccination d'un patient contre la grippe.
Vaccination d'un patient contre la grippe. — PHILIPPE HUGUEN / AFP

L’épidémie de grippe n’est pas encore terminée mais il est d’ores et déjà possible de dresser un bilan des effets des souches 2017-2018 du virus.

La grippe saisonnière se révèle plus longue mais moins meurtrière que l’année précédente, avec pour l’instant 6.000 Français décédés des suites de la maladie contre un total de 14.000 morts un an auparavant.

Une meilleure efficacité vaccinale

e phénomène s’explique par la nature de l’épidémie et des vaccins, explique à Europe 1 le virologiste Bruno Lina. Ce dernier évoque en effet des virus « moins dangereux et (qui) provoquent moins de décès ».

>> A lire aussi : Grippe: L’épidémie saisonnière a causé près de 3.000 décès en décembre

Mais il met aussi en avant une « efficacité vaccinale (…) aux alentours de 60-70 % » cette année « sur les deux virus qui circulent ». « L’hiver dernier, on était sur une efficacité vaccinale moyenne de 25 à 30 % », rappelle le spécialiste.

Les seniors les plus touchés

Le pic de l’épidémie de grippe a été atteint à la fin du mois de janvier et la contamination est désormais en baisse. Il est cependant déjà évident que treize semaines après avoir débuté, l’épisode pandémique de cet hiver peut être considéré comme notablement long.

>> A lire aussi : Grippe saisonnière: Cela vaut-il la peine de se faire vacciner entre 20 et 60 ans quand on est en bonne santé?

Cette année, comme précédemment, c’est principalement chez les seniors que la pathologie a fait des victimes. Près de neuf morts de la grippe sur dix ont ainsi plus de 65 ans. La Corse, l’Ile-de-France ou encore l’Occitanie sont par ailleurs les régions les plus touchées par l’épidémie.