Substitut à la viande, antioxydant et anticancer... La spiruline assure-t-elle le job?

DETOX ET INTOX (4/5) « 20 Minutes » vous fait faire un tour d’horizon des « superfood » les plus en vogue et démêle pour vous le vrai du faux…

Anissa Boumediene

— 

La spiruline, une micro-algue bleu-vert,  aurait de multiples vertus pour la santé, et qui font d'elle un
La spiruline, une micro-algue bleu-vert, aurait de multiples vertus pour la santé, et qui font d'elle un — Nouchkac / Pixabay
  • Jus de citron tiède, grenade, spiruline ou encore curcuma… « Superaliments », certains fruits, légumes, épices et autres graines seraient dotés de vertus antioxydantes, anticancer ou seraient également capables de booster les défenses immunitaires et de faire maigrir.
  • Ces « superaliments » auxquels on prête mille et une vertus sont devenus les ingrédients phare des adeptes d’une alimentation plus saine.
  • Mais ces « superfoods » sont-ils vraiment bons pour la santé ? « 20 Minutes » démêle le vrai du faux dans une série à découvrir tout au long de la semaine.

De prime abord, sous sa forme de poudre verte, elle ne vend pas vraiment du rêve. Pourtant, la spiruline est le superaliment que les adeptes de la healthy food s’arrachent, provoquant par le passé de fréquents épisodes de ruptures de stock ! Pourquoi ? Parce qu’elle serait capable de remplacer la viande, et ainsi lutter contre la faim dans le monde tout en préservant l’environnement, mais serait aussi dotée de propriétés antioxydantes, faisant d’elle un superfood, et un allié pour une santé de fer. Vraiment ?

Qu’est-ce que c’est ?

La spiruline, c’est une algue de la famille des cyanobactéries filamenteuses. C’est même une micro-algue, d’une couleur bleu-vert, qui pousse naturellement dans des pays assez lointains, dans des lacs du côté du Mexique ou encore du Tchad, où elle est consommée depuis très longtemps en association avec des céréales.

On la trouve dans le commerce sous forme de filaments, de poudre déshydratée ou encore de compléments alimentaires en comprimés.

Quelles vertus lui prête-t-on ?

Si la spiruline est toute petite, elle aurait en revanche de grandes vertus pour notre santé. Riche en oméga 3, vitamine B12, oligo-éléments et minéraux comme le zinc, le sélénium, le fer, le calcium, ou encore le magnésium, la spiruline serait un cocktail antioxydant qui protégerait du cancer, préviendrait les maladies cardiovasculaires et aiderait l’organisme à lutter contre la fatigue.

>> A lire aussi: Le jus de citron tiède à jeun le matin, est-ce vraiment bon pour la santé?

Sa haute teneur en protéines — jusqu’à 70 % de sa masse sèche — en fait par ailleurs le parfait substitut à la viande pour les végétariens et végétaliens.

Info ou intox ?

« La spiruline a effectivement de nombreuses vertus, confirme Raphaël Gruman, nutritionniste et auteur de l’ouvrage La ménopause sans les kilos (éd. Leducs). Elle est riche en antioxydants, et les antioxydants permettent de lutter contre les radicaux libres, responsables du vieillissement cellulaire et cutané, et de prévenir cancers et pathologies cardiaques ». Mais elle « n’a pas fait l’objet d’études solides et robustes permettant d’affirmer avec certitude qu’elle répond à toutes les vertus qu’on lui prête », modère le Dr Frédéric Saldmann, cardiologue, nutritionniste et auteur de Votre santé sans risque (éd. Albin Michel).

>> A lire aussi : Anti-cancer, anti-inflammatoire, antioxydant: Le curcuma, une épice miracle pour la santé?

En revanche, « la spiruline, très riche en protéines, constitue un excellent produit de substitution pour les végétariens, et surtout pour les végétaliens : cela permet d’assurer leurs apports en protéines, indique Raphaël Gruman. Mais viande et spiruline n’ont pas le même type de protéines : quand on étudie la capacité de l’organisme à absorber ces différentes protéines, on voit alors qu’elles n’ont pas la même biodisponibilité, qui est plus importante pour la viande ». Et si les amateurs de viande mangeront facilement une portion de 100 grammes de viande, les plus férus de spiruline ne consommeront jamais la même quantité de micro-algues au quotidien. « Mais 10 grammes de spiruline, c’est déjà une bonne portion », assure le nutritionniste. Si cette micro-algue contient aussi de la vitamine B12, essentielle au fonctionnement de l’organisme, « sa teneur est toutefois trop faible et ne permet pas de couvrir les besoins du corps en vitamine B12, que l’on retrouve dans les produits d’origine animale. S’agissant en particulier des végétaliens, une supplémentation sera alors nécessaire ».

Mais sur le plan écologique, ce produit de remplacement de la viande, très facile à cultiver, marque des points.

Petits conseils

Comme on le sait désormais, la spiruline est une micro-algue que l’on consomme principalement sous sa forme séchée et réduite en poudre. Donc côté goût, faut s’accrocher. « La spiruline a un goût très particulier, un peu amer, voire métallique, détaille Raphaël Gruman. En boisson préparée au shaker, ce n’est gustativement pas terrible et l’aspect verdâtre est peu ragoûtant ». Pour profiter de ses bienfaits tout en ravissant son palais, « on peut en ajouter dans ses salades ou dans ses poêlées de légumes », conseille-t-il.

>> A lire aussi: Bonnes pour la santé et pour la ligne: Les graines de chia tiennent-elles leurs promesses?

Pour les irréductibles qui préfèrent la boire, l’associer à du jus de pomme permet de couvrir son goût peu commun. Sinon, Gwyneth Paltrow, ambassadrice de la healthy food, en vante les mérites sur Goop, son site internet dédié à l’alimentation saine, à la beauté et au bien-être. Et livre une recette de smoothie à la spiruline agrémentée de lait d’amande, de lait de coco, de banane et de pépites de chocolat pour un breuvage plus agréable à siroter.

Attention cependant à la qualité de la spiruline que vous achèterez. La micro-algue est parfois contaminée aux polluants et métaux lourds, qu’elle a tendance à absorber, comme l’a rappelé l’Anses, qui appelle à se méfier de certains compléments alimentaires et de privilégier les circuits courts. Et il est déconseillé aux femmes enceintes ou qui allaitent d’en consommer.