Vague de froid: Pourquoi certaines personnes ont plus froid que d'autres ?

FRILEUX Par ce froid, certains enfilent des pulls, chaussettes et bonnet, tandis que d'autres se baladent la veste ouverte...

Emma Ferrand

— 

Pourquoi certains sont plus frileux que d'autres?
Pourquoi certains sont plus frileux que d'autres? — Yonhap News/NEWSCOM/SIPA
  • Toutes les personnes ne se sont pas sensibles au froid de la même manière.
  • Les personnes âgées ont tendance à être plus frileuses.
  • Les problèmes de frilosité peuvent être dus à un dérèglement de la thyroïde ou à une mauvaise circulation sanguine.
  • Il est important de bien manger et de boire beaucoup pour ne pas affaiblir son organisme.

Quel froid ! Certains sont emmitouflés dans leur écharpe, le bonnet vissé sur la tête, et portent de multiples couches de vêtements. Et cela ne suffit pas, ils grelottent, frottent leurs mains pour tenter de les réchauffer ou cachent leur nez rouge glacé tandis que d’autres sortent les jambes à l’air. Mais pourquoi réagissons-nous différemment face au froid ?

Contrairement aux idées reçues, les femmes ne sont pas plus frileuses que les hommes, et les enfants non plus. « Les personnes âgées souffrent peut-être plus du froid, avec les maladies respiratoires qu’elles peuvent développer. Mais le ressenti de chacun est très individuel » affirme Franck Perruche, médecin généraliste.

La thyroïde régule les températures du corps

Notre corps nous joue pourtant bien des tours, et en particulier via une petite glande située au niveau de la gorge : la thyroïde. Elle permet au corps humain de réguler les températures ressenties, et c’est donc elle qui nous habilite à avoir moins froid. En cas d’hypothyroïdie, les symptômes de frilosité peuvent s’accroître.

Mais la circulation du sang est également responsable des sensations de froid. « La thermorégulation et la microcirculation sont en rapport avec la thyroïde. Quand on a une meilleure circulation, on sollicite moins la thyroïde », explique Anne Taquet, angiologue.

En étant en mouvement, le corps fait fonctionner les muscles, ce qui favorise la circulation sanguine et qui permet donc au corps de se réchauffer. « C’est bien connu, un animal qui ne bouge pas meurt. Et nous, c’est pareil », souligne l’angiologue. Au lieu de rester scotché derrière votre écran, bougez !

Qui dit meilleure circulation du sang dit meilleure répartition de la chaleur

Le constat est sans équivoque : on ne se déplace pas comme il le faudrait, alors notre sang n’arrive pas à parcourir toutes les zones du corps. C’est ce qu’indique Anne Taquet : « On ne marche pas bien, on ne respire pas bien. Le système de circulation est mal irrigué à cause du mode de vie moderne, et les 3/4 de la circulation sont bloqués par la gravité ». Il n’est pourtant pas question de plus bouger, mais de mieux bouger. « C’est une question de qualité, pas de quantité ».

Faire de l’exercice est important, et la base de l’effort physique c’est la marche. Mais pas n’importe laquelle. Il faut adopter la marche en propulsion. Les enfants en bas âge la pratiquent bien, même s’ils manquent d’élégance. « Il faut apprendre à garder l’alignement de son corps, et à déplacer son centre de gravité pour que le sang remonte. Il n’y a aucune limite d’âge pour apprendre à remarcher correctement », conseille Anne Taquet.

Reste qu’en plein hiver, la sensation de froid peut aussi être accentuée par l’état de votre moral et votre état de fatigue. « Quand on gère mieux son corps, on gère mieux son moral ensuite », rappelle Anne Taquet.

Avoir froid aux pieds et aux mains, c’est normal ?

Mais au fait, pourquoi, a-t-on avant tout froid aux mains ou aux pieds ? Les extrémités du corps sont les zones les plus frileuses car « elles sont loin du cœur », indique Dr Anne Taquet. Le médecin Franck Perruche ajoute que « ce sont des parties du corps vasoconstrictées, elles sont sensibles. La chaleur est stockée près des organes vitaux tels que le cœur ou le cerveau ».

Certains maudissent le froid quand ils voient leurs doigts changer de couleur. Les pieds et les mains deviennent blancs, comme s’ils étaient sans vie. Et il est impossible de les bouger sans ressentir une sensation de lenteur et de fourmillement. Ces personnes souffrent du syndrome de Reynaud qui ne touche que les extrémités du corps. Ceux qui en souffrent ont tout tenté, mais rien n’y fait, ils ont du mal à se réchauffer. Mais Anne Taquet est persuadée qu’on peut réduire les symptômes » en marchant et en respirant mieux.

Bien manger, c’est le début de la chaleur

Pour avoir chaud, il faut aussi  bien manger, et surtout de tout. D’ailleurs, on constate que les personnes ayant plus de masse musculaire vont davantage souffrir du froid que celles qui ont plus de graisse. Le docteur Perruche souligne surtout que « les personnes dénutries vont être plus sensibles au froid ». Pas besoin de lésiner sur les repas riches et chauds, c’est le moment de l’année où il faut en profiter (sans en abuser).

Mais il faut également être attentif à l’hydratation et aux nutriments. Benoît Roullier, médecin généraliste ajoute que « les carences en fer et la déshydratation » peuvent également être des facteurs de frilosité. L’eau tiède reste la meilleure alliée pour éviter la sécheresse du corps, et les aliments tels que les abats, la viande rouge, les poissons et les coquillages sont riches en fer. Pour les végétariens, les lentilles, pois chiches, haricots rouges ainsi que les algues ou encore le thym permettent de réapprovisionner l’organisme en fer.