Anti-cancer, anti-inflammatoire, antioxydant: Le curcuma, une épice miracle pour la santé?

DETOX ET INTOX (2/5) « 20 Minutes » vous fait faire un tour d’horizon des «superfood» les plus en vogue et démêle pour vous le vrai du faux…

Anissa Boumediene

— 

Le curcuma, cousin du gingembre, a des nombreuses vertus, antioxydantes notamment, pour la santé.
Le curcuma, cousin du gingembre, a des nombreuses vertus, antioxydantes notamment, pour la santé. — Ajale / Pixabay
  • Jus de citron tiède, grenade ou encore curcuma… Certains fruits, légumes, épices et autres graines seraient dotés de vertus antioxydantes, anticancer ou seraient également capables de booster les défenses immunitaires et de faire maigrir.
  • Ces « superaliments » auxquels on prête mille et une vertus sont devenus les ingrédients phare des adeptes d’une alimentation plus saine.
  • Mais ces « superfoods » sont-ils vraiment bons pour la santé ? « 20 Minutes » démêle le vrai du faux dans une série à découvrir tout au long de la semaine.

C’est bientôt le printemps (si si, c’est vrai, on vous le jure). Et entre la lassitude de cet hiver sans fin et l’arrivée prochaine des beaux jours, l’envie nous prend d’assainir un peu le contenu de notre assiette. Pour y parvenir, nombreux sont celles et ceux qui misent sur les « superfood », ces superaliments auxquels on prête mille et une vertus. Parmi eux, le curcuma. Star des épices healthy, il serait un puissant antioxydant, doté notamment de propriétés anti-cancer et anti-inflammatoires. Vraiment ?

Qu’est-ce que c’est ?

Le curcuma, ou Curcuma longa de son nom complet, est un rhizome de la famille du gingembre. Surnommé « safran des Indes » ou « nouvel or jaune », il est traditionnellement utilisé comme colorant et épice aromatique en cuisine. C’est d’ailleurs lui qui donne sa couleur ensoleillée au curry, qui est un mélange d’épices indiennes.

Quelles vertus lui prête-t-on ?

C’est la curcumine, principe actif présent dans la racine de la plante, qui serait dotée de très nombreuses vertus pour la santé. Grâce à ses puissantes propriétés antioxydantes, il préviendrait les maladies liées au vieillissement. Le curcuma est d’ailleurs utilisé depuis très longtemps dans les médecines traditionnelles ayurvédique et chinoise pour ses propriétés anti-inflammatoires, comme traitement des troubles digestifs et intestinaux, à l'instar du syndrome du côlon irritable, pour soulager les règles douloureuses, mais aussi pour protéger le foie et favoriser la cicatrisation.

Une épice « magique » qui soulagerait aussi arthrite, rhumatisme et douleurs articulaires, et qui aurait des vertus anti-cancer.

Info ou intox ?

En 2010 déjà, le très sérieux National Center for Biotechnology Information (NCBI), rattaché aux tout aussi sérieux National Institutes of Health (NIH), institutions gouvernementales américaines chargées de la recherche médicale, publiait une étude sur les vertus de plusieurs « superaliments », dont le curcuma. Et selon les résultats dévoilés par le NCBI, « plusieurs essais cliniques ont démontré les effets antioxydants, anti-inflammatoires et anti-cancer de la curcumine ». Dans l’ouvrage Les aliments qui soignent, le collectif de LaNutrition.fr avance aussi que « le curcuma a démontré des propriétés anti-cancer intéressantes sur une variété de tumeurs ». La curcumine, son principe actif, « empêche les cellules cancéreuses de proliférer. Et la curcumine stimule des enzymes qui piègent les substances cancérogènes de l’alimentation pour que l’organisme puisse les éliminer ». Bien sûr, il n'est pas question de dire que le curcuma guérit le cancer ni qu'il peut se substituer aux traitements de cette maladie.

Toujours selon l’étude publiée par le NCBI, « la curcumine a également été suggérée comme traitement de la colite, de maladies neurodégénératives chroniques et de l’arthrite ». Elle est également une « alternative aux agents non stéroïdiens pour le traitement de l’inflammation ». En clair : une alternative naturelle aux médicaments anti-inflammatoires non-stéroïdiens, comme l’ibuprofène par exemple, ou, en association, en permettre une consommation plus faible.

Côté confort digestif, le curcuma « facilite la digestion, soulage les brûlures gastriques et contribue à l’entretien de la flore digestive », assurent le Dr Philippe Maslo, médecin généraliste et acupuncteur, et Marie Borrel, journaliste santé, dans leur ouvrage Bien digérer (enfin !) Sans médicaments (éd. Leducs). Il serait même, grâce à ses vertus anti-bactériennes, l'allié d'une belle peau.

Turmeric !!!! 🤗 Good for skin especially for acneic skin type 👍🏼Turmeric (curcuma longa) is extensively cultivated in the tropics and the root is widely used in cooking. Turmeric has a deep, golden-orange colour and looks similar to ginger. It is usually boiled, sun-dried and then ground into a powder. It has a peppery, warm flavour and a mild fragrance. Turmeric is the main ingredient in curry powder and can be used as a colouring agent. It has long been used in both cooking and colouring. Turmeric has also played an important role in traditional Eastern cultures and Ayurvedic medicine. Much of its new-found popularity is due to its therapeutic properties. #health #healthylife #turmeric #faceskincare #skincare #skin #acne #acnefree #perfectskin #closedcomedones #healing #body #flawlessskin #psoriasis #bloodpressure

A post shared by Ketija Veiksane (@veiksaneketija) on

Petits conseils

Les propriétés du curcuma sont optimisées lorsqu’il est « associé au poivre noir et à de l’huile », dévoilent Michel Pierre, herboriste, et Caroline Gayet, diététicienne-phytothérapeute, dans leur ouvrage Ma bible des secrets d'herboriste (éd. Leducs). Pas la peine d’avoir la main trop lourde, quelques tours de moulin suffiront. Côté recettes, on peut ajouter une belle pincée de curcuma sur la quasi totalité de ses plats, qui y gagneront une petite saveur exotique. On peut même agrémenter les vinaigrettes de curcuma, ce qui aura aussi pour effet d’ajouter de la couleur à votre assiette. « Le curcuma est agréable au goût, confirme le Dr Saldmann, nutritionniste, cardiologue et auteur de Votre santé sans risque* (éd. Albin Michel). S’agissant de ses vertus digestives, il faut se fier à son bon sens : si l’on éprouve plus de confort digestif en en mangeant, alors il ne faut pas se priver ! »

>> A lire aussi: Le jus de citron tiède à jeun le matin, est-ce vraiment bon pour la santé?

Autre option, consommer le curcuma, ou « turmeric » dans la langue de Shakespeare, en tisane. L’actrice Gwyneth Paltrow, chantre du « healthy lifestyle », vante les mérites de ce breuvage sur son site Goop, dédié au bien-être, à l’alimentation (healthy, donc) et à la beauté. La recette pour une décoction de curcuma : « 1 cuillérée à café de rhizome [en poudre ou râpé] pour une tasse d’eau froide, faire bouillir 5 minutes, et laisser infuser 10 minutes », préconisent Michel Pierre et Caroline Gayet dans leur ouvrage, et qui recommandent d’en « boire 2 à 3 tasses par jourau cours des repas, en cure de 3 semaines ». Selon ses goûts, on pourra agrémenter sa tisane de lait, de citron ou encore de miel.

Tout comme de nombreux internautes, qui affichent sur Instagram leur goût pour ce cousin vertueux du gingembre.

Enfin, si une part grandissante de patients atteints de cancer font des cures de curcumine en gélules, le curcuma est contre-indiqué durant la chimiothérapie.