Régime: Eviter les lipides ou limiter les glucides ? La science ne voit aucune différence

ALIMENTATION Une étude américaine tend à démontrer qu’en matière de perte de poids, aucun régime n'est meilleur que l'autre…

20 Minutes avec agences
— 
Illustration régime.
Illustration régime. — NEWSCOM / SIPA

Moins de glucides ? Moins de lipides ? Depuis la naissance des régimes amaigrissants, les deux écoles s’opposent. Une étude publiée mardi dernier dans le Journal of the American Medical Association, tend à démontrer que le résultat est le même, que vous ayez décidé de vous priver de charcuterie ou de faire une croix sur les desserts.

>> A lire aussi : Les conseils régime de Gwyneth Paltrow ne passent pas

Les chercheurs ont étudié 609 personnes âgées de 18 à 50 ans, dont 57 % de femmes. Pendant un an, une partie des participants a suivi un régime comportant peu de graisses, l’autre une alimentation pauvre en sucres. La perte pondérale moyenne a été de 5,9 kilos dans chaque groupe. Certains ont perdu beaucoup plus (jusqu’à 27 kilos), d’autres ont grossi (jusqu’à 9 kilos).

>> A lire aussi : Emploi: Travailler debout peut limiter voire inverser la prise de poids

Des gènes associés à la production de protéines

Les scientifiques ne sont pas parvenus à établir un lien entre le régime suivi et une perte de poids plus importante. Au terme de l’expérience, les chercheurs concluent : « Il n’y a eu aucune différence marquante dans l’évolution du poids entre un régime équilibré allégé en graisses et un régime équilibré allégé en sucres. »

Au cours de l’étude, « une partie du génome des participants a été séquencée afin de chercher la présence de gènes associés à la production de protéines modifiant le métabolisme des glucides ou des lipides ». Les participants ont également ingurgité du glucose à jeun pour mesurer leur production d’insuline.

>> A lire aussi : Une étude française établit un lien entre la consommation de plats industriels et risque de cancer

Là encore, les résultats ont été ambigus : « Aucun des profils génétiques ni aucune sécrétion d’insuline de base n’ont été associés à des effets diététiques sur la perte de poids. » Au final, la seule stratégie qui semble avoir favorisé l’amaigrissement est celle du simple bon sens : consommer moins de sucres mais autant de légumes et d’aliments complets que possible.