Un rapport remet en cause la fiabilité de certains autotests vendus en pharmacie

DEPISTAGE Les dispositifs d’auto-dépistage des allergies, de la maladie de Lyme ou encore des cancers de l’estomac sont pointés du doigt par les pharmaciens…

20 Minutes avec agences

— 

Illustration d'un autotest.
Illustration d'un autotest. — Kevork Djansezian Getty Images

Dans un rapport commandé par le ministère de la Santé à l’Académie nationale de pharmacie, les spécialistes alertent sur l’efficacité des autotests vendus en pharmacie dans le cadre d’une démarche de diagnostic.

Ces dispositifs permettant d’identifier d’éventuelles pathologies ne sont pas tous suffisants pour aboutir à une évaluation fiable. L’institution scientifique recommande trois de ces tests à effectuer soi-même, en déconseille cinq, et a des « réserves » sur cinq autres.

L’autotest du VIH recommandé, pas celui de la maladie de Lyme

C’est notamment le cas des tests destinés à détecter la maladie de Lyme qui comporte un « risque majeur d’interprétation inadéquate », avec trop de « faux positifs » et de « faux négatifs ». Egalement déconseillés : les autotests sur les allergies, pour le cancer de la prostate (par l’antigène PSA), et pour le cancer colorectal.

>> A lire aussi : Fiables ou dangereux? «60 Millions de consommateurs» fait le tri dans les autotests

A l’inverse, l’académie qualifie d’« utiles » les autotests de dépistage du VIH et des anticorps luttant contre le tétanos indiquant que la vaccination a été effectuée. Les pharmaciens jugent également fiables les bandelettes permettant de repérer une infection urinaire.

Cinq autotests « à valider »

Parmi les 13 autotests évalués dans le cadre du rapport, cinq sont classés dans a catégorie des dispositifs « à valider ». Leurs résultats doivent en effet être confirmés, interprétés ou complétés par des professionnels de la santé. C’est notamment le cas des tests d’ovulation ou de la mesure du niveau de fer ou du taux de cholestérol. Ce dernier n’est par exemple pas suffisant pour évaluer le risque de pathologie cardiovasculaire.

>> A lire aussi : Est-ce que le test HPV est la solution pour améliorer la prévention du cancer du col de l’utérus?

Dans tous les cas, l’Académie nationale de pharmacie rappelle que le meilleur moyen d’échapper aux produits frauduleux est d’acheter les autotests en officine ou auprès de sources agréées. Il convient par ailleurs de s’assurer que l’autotest doit porter le signe CE, preuve qu’il est en conformité avec la réglementation européenne.