Allergies: La désensibilisation pourrait ne plus être remboursée

TRAITEMENT La Haute Autorité de santé (HAS) envisage de réduire voire de supprimer le remboursement des traitements de désensibilisation aux allergies. Une mesure qui inquiète patients et associations…

20 Minutes avec agence

— 

Le remboursement des traitements de désensibilisation aux allergies pourrait considérablement diminuer. Illustration.
Le remboursement des traitements de désensibilisation aux allergies pourrait considérablement diminuer. Illustration. — Salom-Gomis Sebastien -Sipa

La Haute Autorité de santé (HAS) recommande que les comprimés à base d’allergènes préparés spécialement pour un individu (Apsi) ne soient plus remboursés qu’à 15 %, au lieu de 65 % jusqu’ici. Les traitements par voie injectable ne seraient, quant à eux, plus remboursés du tout.

Les Apsi dans le collimateur des autorités sanitaires

Les Apsi sont des comprimés ou des substances injectables préparés spécialement, selon la prescription d’un allergologue, pour un patient, selon son profil allergique. Ces traitements consistent à administrer des doses croissantes d’allergènes afin de réduire peu à peu la sensibilité du patient.

>> A lire aussi : Elle meurt d'une violente infection après avoir consommé des huîtres

Si la HAS conteste l’efficacité de ces modes de traitement, il n’en est pas de même des professionnels de santé. Ainsi, Pascal Demoly, président du collège des enseignants d’allergologie, estime, dans une tribune publiée sur Les Echos, que « la désensibilisation permet de rééduquer le système immunitaire. C’est-à-dire lui apprendre à accepter des choses aussi anodines de notre vie que les pollens, les acariens ou les animaux domestiques ».

Une pétition contre cette mesure

La HAS a organisé une consultation publique, qui s’est achevée le 21 janvier dernier, pour permettre aux professionnels et aux malades de donner leur avis sur le projet. Elle a subi les foudres des médecins et des associations.

>> A lire aussi : Une poudre magique aux noix et aux crustacés protège les enfants des allergies alimentaires

Isabelle Bossé, présidente du Syndicat français des allergologues (SYFAL), redoute ainsi, dans le Journal international de médecine, « qu’un grand nombre de patients se privent de traitements qui apportent, selon leur expérience, une véritable amélioration de leur qualité de vie ». Quant aux associations Afpral ou Asthme et allergie, elles ont lancé une pétition sur Internet pour s’opposer à l’éventualité d’un déremboursement.