Alcoolisme: «Dès que je rentre du travail, je me fais des petits verres de vin blanc devant la télé»

SOCIETE Boire quelques verres à table, lors de soirées familiales ou avec des amis... Le « confort du vin » est une pratique tenace. «20 Minutes» en parle dans le cadre d'un partenariat avec «France 2» pour la soirée spéciale «Alcool, un tabou français» diffusée ce mercredi...

Gilles Varela

— 

Un repas avec des verres de vin. (Illustration)
Un repas avec des verres de vin. (Illustration) — jill111 / Pixabay
  • 20 Minutes est partenaire de France 2 pour la soirée spéciale « Alcool, un tabou français», diffusée mercredi.
  • Elle se penche sur le « confort du vin », qui consiste à boire régulièrement de l’alcool, notamment une fois rentré à la maison.
  • En France, on estime qu’il y a trois millions et demi de personnes qui sont potentiellement des «consommateurs à problème».

« Je ne prends jamais d’alcool fort, mais tous les soirs, dès que je rentre du travail, je me fais un petit verre de vin blanc devant la télé, confie Pierre, 42 ans. Et comme je me couche tard, à la fin de la soirée je ne suis pas loin d’atteindre les 8 verres ». Pierre, est-il pour cela dépendant à l’alcool ? Pas vraiment selon ce dernier convaincu de pourvoir s’arrêter quand il veut et que « cela est déjà arrivé, même s’il ne le fait pas car c’est relaxant, convivial. »

20 Minutes, partenaire de France 2 pour la soirée spéciale « Alcool, un tabou français », diffusée mercredi, se penche sur le « confort du vin », qui consiste à boire régulièrement de l’alcool, notamment une fois rentré à la maison ou à chaque instant de convivialité. Une attitude que pouvaient avoir nos grands-parents voire nos parents. Si elle tend cependant à diminuer, elle reste pourtant tenace, soutenue par « une banalisation de l’alcool, produit licite et que l’on achète facilement, partout et à toute heure, regrette le docteur Elise Gaugler, praticien au Centre d’addictologie (CSAPA et ELSA) aux Hôpitaux Universitaires de Strasbourg. « Il existe une tendance à mieux consommer, c’est-à-dire moins en quantité et plus en qualité. C’est une évolution de la société en partie aussi grâce aux campagnes de sensibilisation, de prévention, de dépistage. De plus en plus de personnes se posent des questions sur leur éventuelle addiction et consultent des professionnels de santé. »

>> A lire aussi : VIDÉO. Alcoolisme: Découvrez en exclusivité les 20 premières minutes du téléfilm «La soif de vivre»

Boire moins, boire mieux

Un avis que partage Marine, qui suit une formation dans l’hôtellerie et qui se rappelle : « Chez mes grands-parents, il y avait toujours une bouteille de vin à table. Mais les mœurs changent et maintenant ce n’est plus automatique. Je préfère choisir les moments où je bois et je cible un vin qui s’accorde avec ce que je mange. » Au grand dam de Vincent Goesel, producteurs de vin à Dorlisheim (Bas-Rhin) qui assure que si nos grands-parents buvaient beaucoup plus d’alcool, « ils n’en sont pas morts », tout en précisant dans la foulée que les vins n’étaient pas aussi forts : « Ils faisaient à l’époque dans les 9,5 ° ou 10° alors qu’aujourd’hui on est dans les 12° à 13°. Il ne faut pas consommer pour se saouler mais pour se faire plaisir à table, tant que l’on boit plus d’eau que de vin, plaisante le producteur. Mais il est vrai que ces dernières années, la consommation va plus sur des vins de qualité que des vins d’entrée de gamme. On boit moins mais mieux. »

>> A lire aussi : Pourquoi l’alcool pourrait disparaître d’ici vingt ans dans les sociétés occidentales?

« Avoir un problème d’alcool n’est plus aussi "honteux" comme cela pouvait l’être par le passé. Il faut en parler autour de soi, à son médecin généraliste, son pharmacien, aux professionnels de Santé », préconise Elise Glaugler. Il faut prêter attention à son entourage lorsqu’il fait des remarques, c’est souvent ainsi que les gens viennent consulter. »

Se poser les bonnes questions

Alors comment savoir si l’on a un problème avec l’alcool ? Est-ce que je bois trop ? « Il faut prendre en compte, la quantité, la fréquence, le contexte de consommation et les conduites à risque associées, résume Elise Gaugler. Si l’on constate des conséquences dans sa famille comme des disputes conjugales, de la fatigue chronique, des problèmes de sommeil, une prise de poids, moins d’efficience au travail, il faut commencer à se poser des questions. Les recommandations de l’OMS préconisent au moins un jour par semaine d’arrêt de toute consommation d’alcool et en quantité trois unités par jour, quel que soit l’alcool (deux pour une femme). Il y a au-delà de cette consommation des risques physiques, pour le foie, pour le cerveau… »

>> A lire aussi : Journée sans alcool: Comment une ancienne alcoolique se bat pour une meilleure prévention

Enfin, autre élément aussi qui peut inquiéter : la perte de la maîtrise de sa consommation. C’est-à-dire « de boire plus que ce que l’on avait prévu en ne sachant pas vraiment pourquoi. Il y a d’autres critères comme le craving, qui veut dire le désir compulsif de consommer, sans pour autant le faire, une préoccupation qui est présente dans le cerveau de la personne, l’envie de rentrer pour consommer, une impatience, ajoute Elise Gaugler. Il existe un ensemble de critères diagnostiques de l’addiction et en fonction du nombre, il peut s’agir d’un trouble addictif léger, modéré, ou sévère. »

En France, on estime qu’il y a trois millions et demi de personnes qui sont potentiellement des « consommateurs à problème », rappelle l’addictologue, et « tous ne viennent pas consulter ne serait-ce que leur médecin traitant pour en parler »…