Alzheimer: Un test sanguin permettrait de détecter la maladie 30 ans avant son apparition

DIAGNOSTIC Le test détecte la présence dans le sang d’une protéine associée à la maladie d’Alzheimer…

20 Minutes avec agence
— 
Alzheimer illustration
Alzheimer illustration — Charles Dharapak/AP/SIPA

La détection d’une protéine appelée bêta-amyloïde lors d’une analyse de sang permettrait de diagnostiquer la maladie d’Alzheimer plusieurs dizaines d’années avant l’apparition des premiers symptômes.

>> A lire aussi : Maladie d'Alzheimer: Un médicament contre le diabète réduirait les troubles de la mémoire

La pathologie pourrait alors être prise en charge et traitée très tôt dans l’évolution de la maladie, avant que cette dernière n’ait créé des lésions irréversibles.

Un diagnostic fiable à 90 %

C’est ce qu’affirment des chercheurs australiens et japonais dans une étude publiée ce mercredi dans Nature. Dans le cadre de leurs travaux, les scientifiques ont analysé le sang et les données médicales de 373 participants. Et ils ont réussi à atteindre un taux de succès de 90 % dans leur processus de diagnostic.

>> A lire aussi : Alzheimer: Neuf principaux facteurs de risque découverts

Un taux élevé de bêta-amyloïde dans le sang peut ainsi être une manifestation de la maladie. Or, les spécialistes ont montré que cette protéine commence à s’accumuler dans l’organisme entre 20 et 30 ans avant que la maladie d’Alzheimer ne devienne visible.

Une méthode controversée

La méthode mise au point par les chercheurs pour déterminer la quantité de la substance dans l’organisme apparaît comme un grand pas en avant. D’autant plus que la découverte des scientifiques fonctionne « à partir d’un petit échantillon de sang » et même sur une « concentration (…) très faible » de bêta-amyloïde.

>> A lire aussi : Alzheimer: Un nouveau test pour prédire l'âge d'apparition de la maladie

Reste que la logique guidant les travaux australo-japonais n’est pas partagée par l’ensemble des spécialistes. « Tous les gens qui ont de la bêta-amyloïde dans le cerveau ne sont pas forcément affectés par une démence, et tous ceux qui ont des démences n’ont pas forcément de la bêta-amyloïde dans le cerveau », tempère ainsi Rob Howard, de l’University College de Londres (Royaume-Uni), cité par CNN.