Rennes: Un vélo magique pour les enfants autistes

INITIATIVE Imaginé en Italie, le Hugbike a été importé par une famille rennaise...

Camille Allain

— 

Gino Verrelli a investi dans un Hugbike, un vélo permettant de transporter un enfant autiste.

Gino Verrelli a investi dans un Hugbike, un vélo permettant de transporter un enfant autiste. — C. Allain / 20 Minutes

  • Les parents de Mathieu ont investi dans un vélo adapté aux enfants autistes.
  • Leur association Mathi propose aux adhérents d’emprunter ce vélo conçu en Italie.
  • Les parents espèrent faire connaître ce Hugbike.
  • L’association aimerait faire travailler des autistes dans un bistrot italien à Rennes.

Il a deux roues, mais aussi deux selles et deux guidons. Un tandem ? Pas tout à fait. Le « Hugbike » n’est pas un vélo comme les autres. Inventée en Italie par le papa d’un enfant autiste, cette bicyclette a été spécialement conçue pour transporter les enfants et adolescents souffrant de ces troubles du développement. « Les enfants autistes n’ont pas de notion du danger. Pour eux, un stop ou un feu rouge, ça ne veut pas dire grand-chose. Il est très difficile de les laisser seuls à vélo », témoigne Gino Verrelli.

Papa du petit Mathieu, il n’a pas renoncé à emmener son garçon de 11 ans à vélo, et ce malgré son handicap. Avec son association Mathi, il a importé un exemplaire du Hugbike pour rouler en toute sécurité, comme le révélait le site L'info durable. « L’enfant est devant, il voit la route, il pédale, tourne le guidon. Mais surtout il est rassuré, avec ce guidon qui l’entoure. Il n’y a pas de risque qu’il s’enfuit », poursuit le papa de Matthieu. Unique en France, ce vélo magique est un peu encombrant et a dû être en partie assemblé à Rennes, avec l’aide de l’atelier La Petite Rennes.

Faire connaître ce vélo

Acheté 3.000 euros avec l’aide du Rotary Club local, il est aujourd’hui proposé en prêt aux 70 adhérents de l’association. « Mais ce n’est pas évident car les familles sont réparties dans toute la France. On aimerait faire connaître ce Hugbike et trouver d’autres acteurs capables de proposer ce vélo. Il peut aussi être utilisé par les malvoyants », poursuit Gino Verrelli. C’est grâce à son extraordinaire réseau que cet Italien installé à Rennes depuis cinq ans a découvert ce vélo magique. Inventé par un autre papa, il est assemblé par des jeunes autistes travaillant au sein d’une coopérative en Italie.

Un modèle qui a inspiré le fondateur de l’association Mathi et l’a incité à créer sa propre structure. Porté par son association, Gino Verrelli a créé son entreprise sociale et souhaite ouvrir un bistrot, café et traiteur italien faisant travailler de jeunes autistes à Rennes. « L’autisme ne doit pas être traité comme une maladie mais comme un handicap. Ces enfants ont besoin d’évoluer dans le milieu ordinaire pour progresser. » En France, entre 30 et 60 % des enfants souffrant d’autisme sont déscolarisés.

Suivi par l’incubateur Tag 35, le projet de bistrot est bien avancé et pourrait s’inspirer du restaurant Le Reflet, à Nantes, qui emploie des personnes trisomiques. L’association cherche actuellement un local suffisamment grand pour accueillir son café et un centre culturel et pédagogique. L’ouverture pourrait avoir lieu avant l’été.