Levothyrox: La justice ordonne une expertise après la requête d'une patiente disant souffrir d'effets secondaires

JUSTICE La patiente dit souffrir de troubles depuis les changements de formule fin mars…

C. Ape.

— 

L'ancienne formule du Levothyrox.
L'ancienne formule du Levothyrox. — AFP

Le tribunal administratif de Montpellier (Hérault) aurait ordonné mercredi une expertise médicale sur le Levothyrox, dans le but de démontrer si les troubles de santé dont se plaint une jeune femme sont ou non liés avec la prise de la nouvelle formule du médicament, rapporte le Parisien.

Selon le quotidien, le professeur d’endocrinologie ainsi désigné devra par ailleurs « indiquer la nature des changements apportés à la formule du Levothyrox et les éléments ayant conduit à ce changement ».

Le tribunal administratif tranche en faveur de la patiente

Une patiente originaire de l’Hérault, qui prend le médicament fabriqué par le laboratoire Merk depuis plusieurs années, a indiqué souffrir de troubles depuis les changements de formule fin mars. Elle a donc déposé une requête devant le juge des référés du tribunal administratif de Montpellier, en septembre dernier pour obtenir une mesure d’expertise.

Une requête qui avait été rejetée par le ministère des Solidarités et de la Santé, arguant que les préjudices avancés n’étaient pas établis. Par ailleurs, le ministère a jugé le lien avec la nouvelle formule du Levothyrox n’avait pas été prouvé.

>> A lire aussi : 23 patients réclamaient l'ancienne formule, le tribunal de Toulouse les déboute

L’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), de son côté, ne s’était pas opposée à la requête, précise le Parisien.

« Je me félicite de cette décision. Cette expertise, qui est une première, va permettre d’examiner le lien de causalité entre la nouvelle formule et les troubles apparus chez la patiente. Elément important, surtout, l’expert va se pencher sur la composition exacte de cette nouvelle formule du Levothyrox », a déclaré Me Emmanuel Ludot, le conseil de la patiente, après la décision du tribunal administratif de Montpellier.