VIDEO. Marseille: De la plongée pour les victimes d'attentats

EXPÉRIMENTATION Des medecins mènent des expérimentations pour prouver l'efficacité de la plongée auprès des personnes victimes de stress... 

Adrien Max

— 

Des victimes d'attentats lors de l'expérimentation
Des victimes d'attentats lors de l'expérimentation — Vincent Meurice
  • Le docteur Mathieu Coulange, avec Frédéric Beneton, procède à des expérimentations pour prouver les bénéfices de la plongée pour remédier au stress.
  • Pour cela, ils ont lancé une expérimentation sur les victimes des attentats de Paris, qui présentent des syndromes de stress post-traumatique.
  • Les premiers résultats montrent l’apport de la plongée dans la gestion du stress.

De la plongée pour les victimes des attentats de Paris. Mathieu Coulange, chef de service de médecine hyperbare des hôpitaux de Marseille, et son équipe, testent depuis 2015 les effets bénéfiques que peut avoir la plongée sur la gestion du stress, notamment auprès de victimes des attentats de Paris. 20 Minutes vous explique tout.

>> A lire aussi : Souffrance au travail: Après le burn-out, comment reconnaître le «brown-out»?

D’où vient cette idée que la plongée permettrait de réduire le stress ? C’est en 2015 que Frédéric Beneton, un polytechnicien travaillant dans la finance, se rend compte que la pratique de la plongée fait baisser son niveau de stress. « La plongée lui permettait de reprendre le dessus et de mieux gérer l’imprévu. Il a décidé de quitter son poste dans la finance pour démontrer scientifiquement l’intérêt de la plongée dans le cadre de la gestion du stress », raconte Mathieu Coulange.

Comment s’est déroulée la première expérimentation ? Mathieu Coulange et son équipe ont mené une première expérimentation avec l’UCPA de Marseille, une population originaire de toute la France. « On a évalué leur stress vécu dans le travail, dans la vie quotidienne au début du stage et on les a divisés en deux groupes : un groupe plongée et un groupe kayak », se remémore le médecin. Résultat, la plongée a plus d’efficacité sur la gestion du stress que la pratique du kayak, ce qui leur a permis de publier des résultats avec une valeur scientifique.

Pourquoi avoir poursuivi l’expérimentation avec des victimes d’attentats ? A vrai dire il s’agit à l’origine d’un hasard de calendrier. « Au départ on pensait mener la deuxième expérimentation avec des militaires qui avaient été exposés à un stress très intense. Sauf que fin 2015 les attentats sont survenus, de nombreuses personnes souffraient du syndrome de stress post-traumatique avec une hypervigilance permanente, des problèmes de sommeil, de gestion du stress dans une foule », avance Mathieu Coulange.

Quels sont les résultats de cette nouvelle expérimentation ? Comme à l’UCPA, Mathieu et ses collègues ont divisé le groupe de volontaires en deux. Un pour la plongée, un autre pour diverses activités de loisirs. « Nous les avons emmenés en Guadeloupe pour deux semaines de tests, c’est le meilleur endroit pour la plongée et nous avons également fait appel à Vincent Meurice, un plongeur spécialiste des techniques de relaxation sur place », explique le médecin. Les résultats définitifs ne seront connus que dans six mois, le temps de mesurer les effets dans le temps, mais les premiers semblent en faveur de la plongée.

>> A lire aussi : Des scientifiques découvrent une tique vielle de 99 millions d'années repue du sang d'un dinosaure

Quels pourraient être les applications ? Ces derniers mois il y a une vraie dynamique entre le sport et la santé. « Prescrire du sport permet de maintenir une bonne santé, et de minimiser l’apparition de pathologie », avance Mathieu Coulange. D’autres étapes sont encore à l’étude, afin de déterminer si la plongée seule, sans relaxation, fonctionne pour les syndromes post-traumatiques. L’application de ces méthodes dans un milieu artificiel reste aussi à déterminer « C’est un axe de développement, surtout pour les villes éloignées du littoral », admet Mathieu Coulange.