Infections alimentaires: Un million et demi de cas et 200 décès recensés par an en France

ALIMENTATION Une étude estime que le niveau de mortalité lié aux infections alimentaires est « élevé »…

20 Minutes avec agences

— 

Illustration alimentation biologique dans magasin.
Illustration alimentation biologique dans magasin. — SIPA

Les infections alimentaires sont plus dangereuses et répandues qu’on ne le croit. Une étude publiée mardi 9 janvier par l’agence Santé publique France démontre que les infections d’origine alimentaire représentent chaque année 1,5 million de cas, qui aboutissent à plus de 17.000 hospitalisations et 200 décès.

>> A lire aussi : Pourquoi le problème des laits infantiles contaminés n’a-t-il pas été détecté à temps?

L’étude, réalisée entre 2008 et 2013 en France métropolitaine, a pris en compte 21 agents pathogènes – 10 bactéries, 3 virus et 8 parasites – transmis à l’homme par l’alimentation.

L’hépatite E en cause

Selon les chercheurs, le niveau de maladie et de mortalité lié aux infections alimentaires « reste élevé ». Les auteurs ont en effet relevé pour chaque année entre 1,28 et 2,23 millions de cas, 15.793 à 21.159 hospitalisations et entre 232 et 358 décès.

Le virus de l’hépatite E semble le plus préoccupant avec 59.300 cas d’origine alimentaire, dont 500 hospitalisations et 18 décès chaque année. 70 % des cas et des hospitalisations sont dus à des norovirus, aux bactéries Campylobacter et aux salmonelles. La moitié des décès est liée à des infections dues aux salmonelles « non typhiques » (non liées aux fièvres typhoïdes et paratyphoïdes), ainsi qu’à la bactérie Listeria monocytogenes.