Hôpital: Des bénévoles prêtent leur bras pour réconforter les bébés malades

CÂLINS En région parisienne, ils sont maintenant près de 600 «câlineurs»…

20 Minutes avec agence
— 
Un bébé à l'hôpital (illustration).
Un bébé à l'hôpital (illustration). — Rex Features/REX/SIPA

L’hôpital recrute désormais des bénévoles pour… faire des câlins. L’initiative a été lancée en 1999 par une association reconnue d’utilité publique.

Son concept consiste à proposer à des adultes de réconforter bénévolement des enfants malades dans les hôpitaux. Et ça marche : en région parisienne, on compte aujourd’hui plus de 600 « câlineurs ».

Des « berceuses » bien intégrées

« Les câlins peuvent représenter un puissant sédatif contre la douleur », explique Véronique Abadi, responsable du service pédiatrie générale à l’Hôpital Necker au micro de France Inter. « Le nourrisson passe d’une situation d’inconfort à une situation de confort et c’est un problème purement physique. Il passe de ''Je suis seul, il fait froid, personne me touche'' à ''on me cajole, il y a du mouvement, il y a de l’odeur, il y a une voix, il y a un rythme''. »

La majorité des bénévoles sont des femmes, surnommées les « berceuses », très bien intégrées et membres presque à part entière de l’équipe médicale. Leur présence réconforte les parents qui ne peuvent pas se rendre sur place et soulage le personnel de l’équipe soignante lorsqu’il est débordé.