VIDEO. Un enfant sur deux autiste en 2025 ? C'est faux

FAKE OFF Le glyphosate serait responsable de cette spectaculaire augmentation, selon une chercheuse en informatique américaine...

Mathilde Cousin

— 

Un enfant chinois souffrant d'un trouble autistique joue dans un centre spécialisé.

Un enfant chinois souffrant d'un trouble autistique joue dans un centre spécialisé. — AP/SIPA

  • Une chercheuse américaine a projeté qu'« un enfant sur deux sera autiste » en 2025.
  • Cette citation date de 2014, mais elle continue d’être reprise sur internet.
  • Pour la chercheuse, le coupable serait le glyphosate.
  • Elle a pourtant reconnu elle-même que le lien entre l’herbicide et la maladie ne peut pas être fait en l’état actuel des connaissances scientifiques.

« A ce rythme, d’ici 2025, un enfant sur deux sera autiste. » C’est le cri d’alarme lancé par une chercheuse américaine lors d’une conférence. Une citation choc qui est relayée sur les réseaux sociaux par plusieurs sites alternatifs, ce qui lui donne un fort impact.

Pour Stephanie Seneff, le grand coupable serait le glyphosate, que l’on retrouve dans le Roundup. « Elle a noté que les effets secondaires de l’autisme ressemblent de près à ceux provoqués par la toxicité du glyphosate. Elle a montré des résultats indiquant une corrélation remarquablement cohérente entre l’utilisation de l’herbicide Roundup sur les cultures (et la création de Roundup-Ready pour les semences OGM) et le développement de l’autisme », expliquent les sites  Les moutons rebelles et Corolles info.

FAKE OFF

Ces affirmations de Stephanie Seneff méritent d’être prises avec recul. Pour faire le lien entre glyphosate et augmentation des cas d’autisme, l’Américaine s’appuie sur une corrélation. Mais une augmentation parallèle des deux courbes ne signifie pas que les deux phénomènes sont liés. Une corrélation ne vaut pas causalité, comme Stephanie Seneff le reconnaît elle-même.

>> A lire aussi : Scolarisation des enfants autistes: «Entre parents, on parle de double peine!»

Ces articles des Moutons rebelles et de Corolles info sont en réalité la traduction d’un article de 2014 publié sur le site américain The alliance for natural health.

Depuis, la scientifique a écrit elle-même qu’il n’est pas prouvé qu’il existe un lien entre l’exposition au glyphosate par l’alimentation et l’autisme. « Nous reconnaissons que nous n’avons pas encore prouvé que l’exposition à travers la nourriture et les boissons au glyphosate et aux herbicides formulés à base de glyphosate peut causer l’autisme chez les humains », écrit en 2016 la chercheuse dans la revue Journal of Autism. Les publications de cette revue scientifique sont relues par d’autres chercheurs. Cela demande donc plus de rigueur que des déclarations faites lors d’une simple conférence…

>> A lire aussi : Macron et son patrimoine, Johnny et Charlie Hebdo... Retour sur les dix intox qui ont marqué 2017

Stephanie Seneff a écrit cet article avec James E. Beecham, un médecin pathologiste à la retraite. Les pathologistes sont chargés d’analyser les résultats des biopsies et des frottis. Stephanie Seneff est elle docteur en informatique et en ingénierie électrique. Elle est rattachée au labo d’informatique et d’intelligence artificielle du Massachusetts Institute of Technology (MIT). En 1968, elle a décroché l’équivalent d’une licence en biophysique. Elle est avant tout informaticienne et nullement spécialiste de la santé en général, ni des troubles du spectre autistique en particulier.

Un enfant américain sur 68 atteint de troubles du spectre autistique

Selon les autorités de santé américaines, les troubles du spectre autistique, dont les manifestations sont diverses; se retrouvent dans un enfant américain sur 68. « Il n’y a jamais eu autant de personnes diagnostiquées avec ces troubles, détaillent les Centres pour la prévention et le contrôle des maladies. Il est difficile de dire quelle part de cette augmentation est due à une plus large définition de ces troubles et quelle part est due à de meilleurs efforts pour établir des diagnostics. » L’agence américaine note que cette augmentation est « probablement due à un mélange de ces deux facteurs. » Elle ne mentionne pas le glyphosate...

>> Vous souhaitez que l’équipe de la rubrique Fake off vérifie une info ? Réagissez dans les commentaires ou envoyez un mail à l’adresse contribution@20minutes.fr.

20 Minutes est partenaire de Facebook pour lutter contre les fake news. Grâce à ce dispositif, les utilisateurs du réseau social peuvent signaler une information qui leur paraît fausse.