Landes: Un élevage de canards placé en quarantaine après une suspicion de grippe aviaire

VIRUS Près de 1.400 canards sont confinés en attendant le résultat d’analyses complémentaires…

D. G. avec AFP

— 

Pas d'abattage prévu avant les résultats de contrôles complémentaires.
Pas d'abattage prévu avant les résultats de contrôles complémentaires. — I. Gaizka

Un élevage de canards des Landes a été placé ce jeudi en quarantaine dans l’attente d’analyses complémentaires, après que des prélèvements réalisés dans le cadre des nouvelles mesures de biosécurité.

>> A lire aussi : Grippe aviaire: Un cas confirmé dans le Maine-et-Loire, 9.000 dindes bientôt abattues

Les 1.400 canards « prêts à gaver » d’un éleveur de Saint-Jean-de-Lier, dans le sud des  Landes, ont été « confinés » après que des prélèvements réalisés par l’éleveur lui-même ont mis en évidence une « suspicion » de grippe aviaire.

Pas encore d’abattage

Les canards devant être déplacés vers un centre de gavage, l’éleveur a procédé à un « autocontrôle », selon les nouvelles normes de biosécurité mises en place après les deux vagues d’influenza aviaire des hivers derniers, et qui requièrent des analyses avant chaque mouvement d’animaux. Conformément à ces nouveaux protocoles, l’élevage a été confiné et l’interdiction de déplacement des palmipèdes a été étendue à 16 communes. Des analyses plus poussées, dont les résultats devraient être connus dans les prochains jours, permettront d’identifier le type de virus en cause.

>> A lire aussi : Vendée: 16.000 canards périssent dans l'incendie d'un hangar

« Il faut qu’on apprenne à vivre avec ces alertes ponctuelles. Si le virus se révèle faiblement pathogène, c’est plutôt rassurant, cela prouve que le système de détection fonctionne », a déclaré le président du Comité interprofessionnel du foie gras (Cifog), Christophe Barailh. Après les épizooties des hivers 2015-2016 et 2016-2017, et l’abattage de millions de palmipèdes, la filière mise sur les fêtes de fin d’année 2017 pour se relancer, malgré une production en baisse de 40 % par rapport à 2015, dernière année normale de production.