Attention à l'approche de Noël, les piles bouton avalées par les enfants peuvent être mortelles

SAPIN Le meilleur moyen d’éviter ce risque est de choisir des jouets dont le boîtier de piles est fermé par une vis…

20 Minutes avec AFP

— 

Un pile bouton. (image d'illustration)
Un pile bouton. (image d'illustration) — CATERS NEW AGENCY/SIPA

Alors que Noël approche, la DGCCRF (Répression des fraudes), la Direction générale de la santé (DGS) et l’Anses (Agence Nationale Sécurité Sanitaire Alimentaire Nationale) alertent sur le danger des piles bouton dont les jouets pour enfants sont truffés.

>> A lire aussi : Isère: Une petite fille décède un an après avoir avalé une pile au lithium

Car ces petits objets banals peuvent causer des accidents dramatiques s’ils sont avalés par les enfants. « Chaque année en France, plus de 1.200 visites aux urgences sont liées à l’ingestion de piles bouton », soulignent ce mercredi dans un communiqué commun les trois structures officielles. Ces accidents « touchent très majoritairement les 0-5 ans », poursuivent-elles.

L’électrolyse de la pile peut s’attaquer à la muqueuse de l’œsophage

« Les gens ne sont pas au courant du danger et pensent qu’avaler une pile bouton et une pièce de monnaie, c’est pareil. Or, une pile bouton avalée par un enfant, c’est une urgence », analyse Françoise Denoyelle, chef de service d’ORL pédiatrique à l’hôpital Necker-Enfants malades à Paris. Elle met particulièrement garde contre les plus grosses piles bouton, d’un diamètre de 20 mm ou plus. Car elles risquent de se coincer dans l’œsophage, le conduit qui transporte les aliments dans l’estomac, et « les lésions peuvent apparaître rapidement, au bout de deux heures ».

Mais, contrairement à ce qu’on imagine, le danger immédiat ne vient pas des produits que contiennent ces piles mais de leur action électrique dans le milieu humide qu’est l’œsophage. « La pile agit par électrolyse et détruit la muqueuse rapidement », éclaircit Françoise Denoyelle.

Des complications potentiellement mortelles

« Perforation (œsophage et trachée communiquent, avec un risque d’étouffement), médiastinite (infection du médiastin, partie du thorax située entre les poumons), rétrécissement de l’œsophage ou paralysie nerveuse » : les complications peuvent être graves, voire potentiellement mortelles.

>> A lire aussi : Belgique: Un enfant de deux ans meurt étouffé par un Babybel

« Même quand on enlève la pile, le phénomène continue, contrairement à des brûlures caustiques comme celles causées par exemple par l’ingestion d’eau de javel », indique Robert Rubinsztajn, praticien hospitalier en réanimation chirurgicale pédiatrique à Necker.

La solution : un boîtier fermé par une vis et un emballage individuel

Outre les dommages causés par l’action électrique, « les produits contenus par la pile peuvent ensuite se répandre, mais c’est plus long », reprend le professeur Denoyelle. Pour pallier ce risque, « les jouets sont soumis à des exigences strictes imposées par la législation européenne », rappellent la DGCCRF, la DGS et l’Anses. Le compartiment des piles ne doit pas par exemple pas pouvoir être ouvert par un enfant.

Pour Françoise Denoyelle, une fermeture par vis et un conditionnement individuel pour les piles bouton permettraient d’éviter une ingurgitation par les enfants dans 70 % des cas.

Si vous pensez que votre enfant vient d’avaler une pile bouton, un geste à faire sans tarder : contacter le 15 ou un centre antipoison.