Dépression. Les ados accros à leurs smartphones seraient plus exposés aux troubles psychologiques

ETUDE Les jeunes qui utilisent trop leurs téléphones portables auraient une prédisposition à la dépression et à l’anxiété...

20 Minutes avec agence

— 

Illustration de lycéens sur leur smartphone.
Illustration de lycéens sur leur smartphone. — S.POUZET/SIPA

Difficile de séparer un adolescent de son smartphone. Et pourtant, l’enjeu pour leur santé mentale serait important selon une étude réalisée par le docteur Hyung Suk Seo, de l’université de Corée à Séoul. Les résultats de ses travaux ont été présentés à l’occasion de la réunion annuelle du Radiological Society of North America (RSNA) à Chicago.

Un déséquilibre chimique dans le cerveau

Un usage abusif des téléphones et d’internet pourrait, selon cette étude, entraîner une augmentation de l’anxiété ou de la dépression​. Cette utilisation trop intense provoquerait, en effet, un déséquilibre chimique dans le cerveau.

Pour tirer de telles conclusions, le docteur a fait passer un nouveau type d’IRM qui analyse la composition chimique du cerveau à 38 jeunes volontaires, âgés de 15 ans en moyenne. Parmi eux, 19 étaient accros à leur smartphone ou internet et les 19 autres ne présentaient pas de signes de dépendance.

>> A lire aussi : Musique sur smartphone: Les ados mettent leurs oreilles en danger

Une thérapie comportementale pour limiter les effets

Les ados accros présentaient alors des taux anormalement élevés de deux neurotransmetteurs connus pour jouer un rôle dans l’anxiété, les insomnies et la dépression. Le médecin souhaite désormais comprendre les raisons de ce déséquilibre chimique qui surexpose ces adolescents à des troubles psychologiques. Pour lui et son équipe, une thérapie comportementale pourrait limiter les effets de ce phénomène.

Pour rappel, en France, les 18-24 ans consultent leur téléphone environ 50 fois par jour et 77 % des personnes âgées de 18 à 75 ans utilisent un smartphone.