Mucoviscidose: Un champignon pour lutter contre la maladie

ESPOIR Le clitocybe inversé pourrait traiter certaines affections génétiques…

20 Minutes avec agence

— 

Photo d'illustration d'un enfant malade de la mucoviscidose.
Photo d'illustration d'un enfant malade de la mucoviscidose. — CLOSON DENIS/ISOPIX/SIP

La guérison grâce à un champignon ? Le clitocybe inversé (Lepista inversa) contient des molécules qui guérissent en laboratoire des cellules atteintes de mucoviscidose.

Une découverte par hasard

Cette découverte est un peu le fruit du hasard, rapporte Le Figaro. Une équipe de chercheurs a simplement décidé de tester les effets de 164 extraits de la chimiothèque du Muséum national d’Histoire naturelle sur diverses cultures de cellules.

Les scientifiques ont constaté que l’extrait de clitocybe restaurait les gènes humains présentant des mutations. Leurs travaux ont été publiés le 13 novembre dernier dans la revue PlosOne. De quoi donner de l’espoir aux malades de la mucoviscidose, de la myopathie de Duchenne ou de certains cancers.

>> A lire aussi : VIDEO. Virade de l'espoir: «La mucoviscidose ne se voit pas, elle s'entend»

Des travaux très encourageants

Environ 10 % des affections génétiques rares sont dues à une mutation. Le gène malade ne produit qu’une partie de la protéine qu’il devrait créer. Dans le cas de la mucoviscidose, ces protéines tronquées obstruent les bronches.

« Quand on sait qu’il suffit de restaurer 5 % de protéines fonctionnelles dans la mucoviscidose pour avoir un impact sur les conséquences de la maladie, ces travaux sont extrêmement encourageants » expliquent les chercheurs avec enthousiasme.

>> A lire aussi : Canada: Atteinte de mucoviscidose, elle survit pendant six jours sans poumon

Un champignon commun et comestible

Pour confirmer leurs hypothèses, les chercheurs ont cueilli 8 kilos de champignons dans le Bois de Vincennes près de Paris et dans le parc du Sausset à Villepinte (Seine-Saint-Denis). Ils ont renouvelé leurs bons résultats.

« Cette découverte est porteuse d’espoir car ce champignon, bien que non prisé pour ses qualités gustatives, est comestible » indique Fabrice Lejeune, chercheur à l’Inserm. Le clitocybe inversé pousse dans de nombreuses régions de France et d’Europe. Mais la route reste encore longue avant l’élaboration d’un traitement.