Etre propriétaire de chiens pourrait vous permettre de vivre plus longtemps

ANIMAUX Retrievers, beagles et terriers seraient susceptibles de protéger leurs maîtres des maladies graves…

20 Minutes avec agence

— 

Posséder un chien comme le retriever serait bénéfique pour la santé.
Posséder un chien comme le retriever serait bénéfique pour la santé. — Pixabay

C’est une nouvelle qui devrait ravir les propriétaires de chiens. Une étude suédoise publiée ce vendredi dans Nature Scientific Reports met en lumière l’action bienfaisante de la compagnie des chiens sur la santé des humains, surtout célibataires.

Mais les conclusions de cette enquête menée par des chercheurs de l’université d’Uppsala sont cependant à prendre avec circonspection.

Corrélations hasardeuses

Les données médicales de près de 3,4 millions de Suédois ont été épluchés. « Les propriétaires vivants seuls avec leur chien ont une réduction de 33 % du risque de décès et de 11 % du risque de faire un infarctus du myocarde par rapport aux personnes vraiment seules », explique Mwenya Mubanga, l’un des auteurs de l’article.

>> A lire aussi : Vivre avec un chien réduirait les risques d’asthme et d’eczéma chez les enfants

Reste à déterminer si les chiens ont véritablement un effet protecteur, ou si les résultats peuvent s’expliquer par une différence de profil entre les propriétaires de chiens et les autres. Les études dites d’association, si elles permettent de montrer les corrélations, ne démontrent rien quant à la causalité.

Plusieurs facteurs bénéfiques

D’après les scientifiques, les retrievers, les beagles et les terriers sont les chiens les plus susceptibles de protéger leurs maîtres contre les maladies graves. A l’inverse, les propriétaires de bâtards présentent un risque de problème cardiovasculaire « supérieur » de 13 %.

>> A lire aussi : Les animaux au travail: Pourquoi il vaut mieux amener un chien qu'un chat

En l’absence de preuve irréfutable les chercheurs suédois font feu de tout bois. « Nous savons que les propriétaires de chiens ont en général un niveau d’activité physique plus élevé, ce qui peut être une des explications pour nos résultats », indique ainsi Tove Fall, vétérinaire et auteur de l’étude. « Parmi les autres facteurs explicatifs possibles, on trouve une amélioration générale du bien-être et des contacts sociaux, ou encore l’effet des chiens sur le microbiote bactérien de leur propriétaire. »