La viande des vaches atteintes de tuberculose finirait dans nos assiettes

CONSOMMATION Près de 3.000 tonnes de viande contaminées par la tuberculose seraient mises en vente chaque année en France, selon une enquête du «Canard Enchaîné»…

20 Minutes avec agence
— 
Un stand de viande dans un supermarché le 25 août 2015 à Paris
Un stand de viande dans un supermarché le 25 août 2015 à Paris — Kenzo Tribouillard AFP

La viande de quelque 8.000 bovins contaminés par la tuberculose finirait chaque année dans nos assiettes. C’est ce qu’avance Le Canard Enchaîné dans une enquête publiée ce mercredi.

La pratique aurait l’aval des autorités sanitaires, dont la seule exigence est de retirer de la carcasse les organes les plus infectés par la maladie.

Une pratique autorisée par la loi

Pourtant, la consommation de viande contaminée par la tuberculose ne serait pas dénuée de risques. On compte chaque année une cinquantaine de cas de transmission de la maladie à l’homme, notamment chez les agriculteurs, les vétérinaires et des amateurs de lait cru.

Que dit la loi ? Le règlement 854/2004 de l’Union européenne explique que la viande d’un animal infecté « doit être déclarée impropre à la consommation humaine ». Cette phrase est cependant suivie d’une exception de taille : « Lorsqu’une lésion tuberculeuse a été retrouvée dans les ganglions lymphatiques d’un seul organe ou partie de la carcasse, seuls l’organe ou la partie de carcasse infectée doivent être déclarées impropres à la consommation. »

>> A lire aussi : Procès des steaks contaminés: Deux ans de prison ferme pour le fournisseur

3.000 tonnes de viande potentiellement infectées mises en vente

Résultat, plus de 3.000 tonnes de viande d’origine française potentiellement infectée par la tuberculose seraient vendues chaque année dans nos supermarchés. Pour comparaison, plus d’un million de tonnes de viande bovine sont consommées en France par an.

A ces 3.000 tonnes s’ajoutent les exportations en provenance du Royaume-Uni. Selon Le Canard Enchaîné, nos voisins d’outre-Manche utiliseraient à leur avantage notre législation plus permissive pour écouler leur propre viande contaminée.