Levothyrox: Cinq médicaments alternatifs seront disponibles «à la mi-novembre»

MEDICAMENTS Les quelque trois millions de personnes malades de la thyroïde en France auront davantage de choix dans les médicaments à partir de la mi-novembre...

20 Minutes avec agences

— 

Le Levothyrox ne sera plus le seul médicament disponible pour réguler les problèmes de thyroïde.
Le Levothyrox ne sera plus le seul médicament disponible pour réguler les problèmes de thyroïde. — AFP

La nouvelle était très attendue. Ce jeudi, la ministre de la Santé Agnès Buzin a annoncé que les personnes atteintes d’un dysfonctionnement de la thyroïde bénéficieront de davantage de choix dans les médicaments.

>> A lire aussi : Levothyrox: Les effets indésirables dus à un «déséquilibre thyroïdien», selon l'enquête de pharmacovigilance

« Nous aurons le choix entre cinq molécules différentes, cinq médicaments différents de marques différentes à partir de mi-novembre », a ainsi déclaré Agnès Buzyn sur CNews. Cette annonce intervient après que certains malades ont dénoncé les effets secondaires de la nouvelle formule du Levothyrox, seul comprimé alors disponible sur le marché pour réguler les problèmes de thyroïde.

Le Thyroxin Henning est arrivé ce lundi

Certains malades auront d’ailleurs pu remarquer la sortie du Thyroxin Henning, fabriqué par Sanofi, ce lundi. Il s’agit du premier médicament alternatif au Levothyrox disponible sur le marché français. Quelque 220.000 boîtes ont d’ores et déjà été livrées, a affirmé la ministre avant d’ajouter qu' « une à deux autres marques vont arriver en novembre ».

Ces cinq médicaments serviront notamment à soigner l’hypothyroïde ou à accompagner les personnes ayant subi une opération d’un cancer de la thyroïde.

>> A lire aussi : Levothyrox: Au moins 1.500 cas d’effets indésirables graves depuis deux mois

Trois millions de personnes concernées

Agnès Buzin avait déjà réagit le 15 septembre dernier. La ministre avait alors promis le retour de l’ancienne formule du Levothyrox, nommé Euthyrox, sous quinze jours. Ainsi, 190.000 boîtes de 100 comprimés en huit dosages différents avaient été importées d’Allemagne, pays de résidence du laboratoire Merck qui fabrique l’ancienne et la nouvelle version du traitement.

>> A lire aussi : Levothyrox: Les effets indésirables dus à un «déséquilibre thyroïdien», selon l'enquête de pharmacovigilance

« Il reste aujourd’hui 60.000 boîtes, a également précisé Agnès Buzin. Mais c’était vraiment pour passer un cap […] en attendant que de nouvelles marques soient disponibles ». Avec trois millions de personnes concernées, la France représente le premier marché mondial pour les laboratoires pharmaceutiques qui produisent ces médicaments. Jusqu’à présent, le laboratoire allemand Merck était en situation de quasi-monopole.