Huiles essentielles: Tout ce qu'il faut savoir avant de se lancer sans danger dans l'aromathérapie

AROMATHERAPIE « 20 Minutes » répond aux principales questions que l’on se pose sur l’aromathérapie, qui fait de plus en plus d’émules…

Anissa Boumediene

— 

Si on veut tester l'aromathérapie à la maison, il est recommandé d'opter pour des huiles essentielles bios.
Si on veut tester l'aromathérapie à la maison, il est recommandé d'opter pour des huiles essentielles bios. — RACKAM/SIPA
  • Avec le boom des médecines alternatives, les huiles essentielles comptent de plus en plus d’adeptes.
  • Mais nombreux sont ceux qui se posent des questions sur l’utilisation des huiles essentielles, « 20 Minutes » vous explique comment ça marche.

On est loin des inhalations que nous faisaient faire nos grands-mères, la tête planquée sous un torchon au-dessus d’une casserole d’eau fumante agrémentée de quelques gouttes d’on ne savait trop quoi. Non, aujourd’hui, les huiles essentielles, c’est tendance, et tout le monde ou presque s’y met. De votre sœur qui dégaine son spray de son sac à main pour assainir l’air ou même votre amoureux qui s’en est acheté après qu’une collègue lui en a vanté les mérites, nombreux sont ceux qui se tournent vers l’aromathérapie pour soigner les petits maux du quotidien sans médicaments, éviter d’attraper les virus qui traînent ou pour se détendre. Avec le boom de l’homéopathie et des médecines naturelles alternatives, l’aromathérapie compte elle aussi de plus en plus d’adeptes. Comment ça fonctionne ? Quelles précautions faut-il prendre ? Peut-on utiliser des huiles essentielles durant la grossesse ou sur son bébé ?

>> A lire aussi: Huiles essentielles: Les cinq incontournables sur lesquelles il faut miser

Les huiles essentielles, comment ça marche ?

Ce sont des extraits de végétaux, obtenus par distillation, sous une forme ultra-concentrée. Il existe différentes manières d’utiliser les huiles essentielles : par voie orale, en massage sur la peau, dans le bain, par inhalation ou encore par diffusion. « Si on s’en sert dans le bain, il faut alors les mélanger à une base pour bain, parce que les huiles essentielles ne sont pas miscibles dans l’eau. En application sur la peau, on peut à la rigueur les utiliser pures sur de petites zones, sinon, il faut les diluer dans une huile végétale pour des massages plus étendus. Et si on veut les diffuser dans l’air, un diffuseur électrique est plus pratique », explique Danièle Festy, spécialiste en aromathérapie, ex-pharmacienne d’officine et auteure de Ma bible des huiles essentielles* (éd. Leduc. s). Pour les plus aguerries, il est possible aussi de se lancer dans la fabrication de soins cosmétiques maison.

Dans tous les cas, la première des précautions à pendre est de « choisir des huiles essentielles de qualité et bios, insiste Danièle Festy, sinon elles peuvent non seulement être inefficaces, mais aussi avoir des effets délétères ».

« Les huiles essentielles peuvent causer des allergies, surtout celles à base d’agrumes, avertit le Dr Catherine Olivères-Ghouti, dermatologue. Eczéma, urticaire et même réaction asthmatique, les huiles essentielles ne sont pas à manipuler à la légère, même si elles sont bios et 100 % naturelles. Comme elles agissent sur les lymphocytes, elles peuvent induire une réaction de sensibilisation ». Dans son ouvrage Mes 15 huiles essentielles (éd. Pocket), Danièle Festy reconnaît par ailleurs que « certaines huiles essentielles peuvent irriter la peau ou provoquer une réaction allergique », comme celles de « laurier, pin, menthe poivrée » ou encore de « basilic ».

Peut-on utiliser des huiles essentielles durant la grossesse ?

Avec les nausées matinales, qui peuvent parfois durer toute la journée, les futures mamans sont nombreuses à chercher des solutions naturelles pour soulager haut-le-cœur et envie de vomir. Faute de pouvoir prendre des médicaments déconseillés durant la grossesse, certaines se demandent s’il leur est possible de se tourner vers les huiles essentielles. « Nous déconseillons leur usage durant la grossesse », déclare le Dr Jean-François Pujol, pédiatre et secrétaire général adjoint du Syndicat national des pédiatres français (SNPF). « D’habitude, on déconseille aux femmes enceintes d’en prendre par voie orale, indique Danièle Festy. Mais certaines huiles essentielles sont sans contre-indications et les femmes enceintes peuvent prendre avant de se lever une goutte d’huile essentielle de citron ou de gingembre sur la langue, ou alors d’appliquer cette goutte à même la peau, sur la gorge. On attend quelques minutes et ensuite on se lève, préconise l’aromathérapeute. Si besoin, on peut renouveler l’opération 3 à 4 fois par jour. Sous réserve bien sûr de respecter les doses, c’est sans aucun danger ».

Les huiles essentielles sont-elles contre-indiquées pour les tout-petits ?

« Pas du tout, on peut en utiliser certaines sur les jeunes bébés, assure Danièle Festy. Les parents peuvent masser la plante des pieds de leur bébé avec une à deux gouttes d’huile essentielle de lavande vraie pour la détente, ou une à deux gouttes d’huile essentielle de ravintsara pour booster leur immunité. Et dès 3 mois, on peut leur faire des massages sur le corps avec des huiles essentielles diluées dans une huile végétale de support, comme de l’huile d’amande douce bio par exemple ».

De leur côté, les pédiatres appellent à la prudence. « L’usage des huiles essentielles sur les tout-petits nous inspire de la méfiance, puisqu’aucune étude n’a été menée sur l’innocuité de ces produits sur les bébés, indique le Dr Jean-François Pujol. Or la peau des nouveau-nés est une vraie passoire, d’autant que certaines huiles essentielles contiennent des dérivés terpéniques, qui peuvent être neurotoxiques. Tout dépend de l’usage que l’on fait de ces huiles, mais en l’absence de validation de ces huiles essentielles par des études scientifiques sur leur efficacité et leur innocuité, on ne peut que proscrire leur usage sur les tout-petits ».

 

*Ma bible des huiles essentielles, Edition spéciale 10 ans, Editions Leduc. s, en librairie le 13 octobre.