Levothyrox: Les effets indésirables dus à un «déséquilibre thyroïdien», selon l'enquête de pharmacovigilance

TRAITEMENT La nouvelle formule ne serait pas en cause...

20 Minutes avec AFP
— 
La ministre de la santé, Agnès Buzyn, a annoncé le 15 septembre dernier que la formule du Levothyrox sera « accessible » en 15 jours et que des « alternatives » à ce médicament contre la thyroïde seront disponibles «en un mois». AFP PHOTO / DAMIEN MEYER.
La ministre de la santé, Agnès Buzyn, a annoncé le 15 septembre dernier que la formule du Levothyrox sera « accessible » en 15 jours et que des « alternatives » à ce médicament contre la thyroïde seront disponibles «en un mois». AFP PHOTO / DAMIEN MEYER. — AFP

Les effets indésirables signalés depuis l’arrivée du nouveau Levothyrox sont dus à « un déséquilibre thyroïdien » causé par le changement de traitement et non à la nouvelle formule elle-même, selon les premiers résultats de l’enquête de pharmacovigilance publiés ce mercredi par l’ Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM).

Pas d’effet indésirable de type nouveau

« Tous les effets indésirables témoignent d’un déséquilibre thyroïdien en lien avec le changement de traitement, aucun effet indésirable d’un type nouveau, qui serait spécifique de la seule nouvelle formule, n’a été retrouvé », poursuit l’Agence dans un communiqué. « Tout changement de spécialité ou de formule peut modifier l’équilibre hormonal et nécessiter un réajustement du dosage » qui peut prendre « un certain délai ».

Au 15 septembre, « 14.633 signalements ont été reçus par les centres régionaux de pharmacovigilance », selon l’ANSM.

« Sur ce total, les cas rapportés par les patients comme graves, c’est-à-dire déclarés comme ayant des conséquences sur la vie familiale, professionnelle ou sociale, et les cas les plus documentés, soit 5.062 cas, ont pu être enregistrés prioritairement dans la base nationale de pharmacovigilance », poursuit-elle.