VIDEO. Moi(s) sans tabac: Que vous réserve la 2e édition de l’opération de lutte contre le tabagisme?

DROGUE Avant son lancement officiel le 1er novembre, le Mois sans tabac commence déjà à recruter ceux qui souhaitent arrêter de fumer...

Oihana Gabriel

— 

Illustration d'une cigarette écrasée pour le Mois sans tabac.
Illustration d'une cigarette écrasée pour le Mois sans tabac. — Pixabay
  • L’année dernière, la première édition du Mois sans tabac a encouragé des milliers de Français à arrêter de fumer : 180.000 internautes se sont inscrits sur le site tabac-info-service, qui relance une campagne de recrutement.
  • Cette opération, qui aura lieu désormais tous les mois de novembre, reprend le gros des opérations testées l’année passée.
  • En espérant convaincre encore davantage avec un esprit d’équipe, un appui sur les régions, plus d’opérations de sensibilisation et des ambassadeurs de renom.

Et si on éteignait sa dernière clope avant que le tabagisme ne fume toutes nos économies ? A partir du 1er janvier, le prix du paquet va débuter une ascension sans précédent pour arriver normalement à 10 euros fin 2020. Mais avant même les bonnes résolutions du Premier de l’An, le gouvernement vous encourage à mettre fin à cette coûteuse addiction. Car, comme l’année dernière, novembre ne signe pas seulement le lancement de la saison de la raclette, mais aussi le Mois sans tabac. Soit une opération inspirée par Stoptober, un défi collectif de nos amis britanniques, pour arrêter de fumer ou encourager ses proches à relever ce challenge. Mais les inscriptions sur le site tabac-info-service.fr pour participer activement et se faire aider, commencent dès maintenant.

« Décider d’arrêter de fumer, ça se prépare », prévient Agnès Buzyn, la ministre de la Santé. Un kit pour arrêter, des consultations gratuites avec un addictologue, du coaching… Si cette nouvelle édition d’un rendez-vous qui se veut pérenne, répète surtout ces initiatives déjà testées, tour d’horizon des quelques nouveautés.

 

>> A lire aussi : Moi(s) sans tabac: «La cigarette me fait encore de l’œil, mais ce n’est pas insurmontable»

Un esprit d’équipe

« Compte tenu dusuccès du Mois sans tabac avec 180.000 inscriptions, nous avons voulu qu’elle se fasse sur la même tonalité, positive et humoristique, mais on a ajouté le concept d’équipe », souligne François Bourdillon, le directeur de Santé publique France, l’agence nationale de santé. D’où l’invitation aux courageux fumeurs de rejoindre une équipe soit régionale soit thématique. Les adeptes du vapotage ou du patch pourront donc s’encourager mutuellement, les fêtards/pantouflards ou les passionnés de burgers-frites/quinoa-salade aussi. En espérant que cet esprit de communauté, que chacun pourra aussi inventer sur les réseaux sociaux, incitera plus d’internautes à se lancer dans le défi collectif.

>> A lire aussi : Moi(s) sans tabac: Les bons conseils pour arrêter (définitivement)

Deux célébrités participent au Mois sans tabac

Deux animateurs de renommée de la télévision sont mis à contribution : Laurent Romejko, présentateur de la météo sur France 3, fume régulièrement depuis qu’il a 25 ans. Mais c’est décidé, il se lance dans le Mois sans tabac et sera coaché par une autre vedette du petit écran : Michel Cymes. Avec une websérie en six épisodes, le public pourra donc suivre les aventures des deux comparses. Et prendre exemple.

Des fan zones dans douze grandes villes

Pour être au plus près des citoyens, l’opération se lance dans un grand tour de France. Inspirés par les événements sportifs, ces fanzones devant les mairies de douze grandes villes permettront au grand public de s’informer et de rencontrer des professionnels de santé.

>> A lire aussi : Moi(s) sans tabac: «On sait qu’on fait du mal à son bébé»... Enceintes, elles luttent contre le tabac

Un ambassadeur par région

Dans le même esprit d’un maillage territorial, des actions collectives régionales seront portées par un ambassadeur par région. Objectif ? Proposer des événements dans des entreprises, hôpitaux, écoles ou encore fédérations sportives. Car la ministre l’a répété lors de la présentation de cette édition : l’opération répond à la fois à sa priorité numéro 1, une politique de prévention, mais aussi à la lutte contre les inégalités sociales et territoriales. Le Mois sans tabac s’appuiera d’ailleurs sur des partenaires pour cibler les populations les plus en difficulté, qui sont aussi les plus gros fumeurs : Emmaüs Paris, la Caisse nationale des Allocations familiales (Cnaf), le Secours populaire, Pôle emploi, des épiceries solidaires… L’année passée, l’Assurance maladie avait organisé 145 actions locales de proximité, elle en prévoit 210 cette année.

>> A lire aussi : Tabac: Pourquoi les Français les plus défavorisés fument davantage?

 

>> Si vous avez participé l’année passée à Mois sans tabac, qu’en avez-vous pensé ? Avez-vous réussi à tenir sans cigarette depuis un an ? Comment améliorer l’opération selon vous ? Vous pouvez témoigner en envoyant un mail à contribution@20minutes.fr. Les contributions les plus pertinentes serviront à la rédaction d’un futur article.